Politique

Ligue arabe : Nabil al-Arabi succède effectivement à Amr Moussa

Le nouveau secrétaire de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

Le nouveau secrétaire de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi. © Khaled Desouki/AFP

L'ancien ministre des Affaires étrangères égyptiennes Nabil al-Arabi est devenu dimanche le secrétaire général de la Ligue arabe, succédant ainsi officiellement à Amr Moussa.

Après dix ans passés à la tête de la Ligue arabe, Amr Moussa a officiellement laissé sa place à son successeur, Nabil al-Arabi. Ce dernier avait été choisi le 15 mai dernier pour succéder à son compatriote Amr Moussa qui s’est déclaré candidat à la présidentielle égyptienne, peu de temps après la chute de l’ancien dictateur Hosni Moubarak.

Un parcours prometteur

Nabil al-Arabi a dû ainsi démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères qu’il avait obtenu après la révolution en Égypte. En quelques semaines seulement, cet ancien ambassadeur à l’ONU et expert en droit international avait réussi à remporter plusieurs victoires diplomatiques importantes. Il a ainsi joué un rôle essentiel dans la réconciliation du Fatah et du Hamas palestiniens avant de prendre la décision de rouvrir le passage de Rafah, fermé depuis plusieurs années déjà.

En 2001, Nabil al-Arabi a travaillé à la Cour internationale de justice. En tant que jeune diplomate, il a également fait partie de l’équipe égyptienne qui a négocié la paix avec Israël en 1978-1979. Sa nomination à la Ligue arabe était inattendue, et beaucoup d’Égyptiens ont protesté contre cette décision qui a fait perdre à leur pays un ministre des Affaires étrangères prometteur.

Mustapha al-Fiqi, candidat proche de Moubarak, était initialement présenté par l’Égypte pour occuper le poste. Mais face aux réticences de plusieurs pays, et aux menaces du Qatar de présenter Abderrahmane al-Attiya, Al-Arabi a finalement été choisi pour représenter la candidature égyptienne.

Son arrivée à la Ligue arabe a cependant redonné l’espoir de voir l’institution fondée en 1944 retrouver sa place sur la scène internationale. Depuis plusieurs années déjà, l’organisation qui compte près de 22 membres est critiquée pour son immobilisme. (Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte