Politique

François Fillon en Côte d’Ivoire pour « reprendre les relations économique d’autrefois »

Le Premier ministre français François Fillon est arrivé jeudi soir à Abidjan, première étape d’une mini-tournée africaine qui vise à défendre les intérêts économiques français sur le continent. Il doit ensuite se rendre au Ghana et au Gabon.

Mis à jour le 15 juillet 2011 à 13:15

Le Premier ministre François Fillon et son homologue ivoirien Guillaume Soro, le 14 juillet. © AFP

Les premiers mots de François Fillon Abidjan ont été pour les Français de Côte d’Ivoire. « Peu de communautés de Français à l’étranger ont été éprouvées comme la vôtre cette année, a-t-il déclaré à l’attention d’un millier de Français et d’Ivoiriens, dans les jardins de l’ambassade de France, où il s’est rendu immédiatement après son arrivée jeudi soir. Pendant plus de quatre mois, vous avez été les témoins des événements dramatiques qui ont agité le pays, une période de violences et d’angoisses terribles qui ont laissé des traces profondes en chacun. En dépit de tous les traumatismes, vous avez choisi de rester fidèles à ce pays. »

Défense des intérêts économiques français

Mais le but de sa mini-tournée en Afrique, dont la Côte d’Ivoire est sa première étape, est la défense des intérêts économiques français. Le Premier ministre français est accompagné d’une délégation de chefs d’entreprises, de parlementaires et de trois ministres : Henri de Raincourt, (Coopération), Pierre Lellouche (Commerce extérieur) et David Douillet (Français de l’étranger). François Fillon souhaite « reprendre très vite les relations économiques telles qu’elles existaient autrefois [avec la Côte d’Ivoire], dans leur diversité et leur densité », ont expliqué ses services.

« La France est solidaire de son ancienne colonie », a déclaré François Fillon, qui a réitéré l’engagement de la France à réduire la dette ivoirienne à son égard. Le Premier ministre français a souhaité que la France soit le partenaire « de référence » de la Côte d’Ivoire, sans être pour autant son partenaire exclusif. « Dans sa pleine souveraineté, [la Côte d’Ivoire] doit maintenant rattraper des années perdues dans d’interminables luttes internes », a-t-il encore déclaré.

Se rapprocher du Ghana

Vendredi matin, François Fillon devait ouvrir un Forum économique à Abidjan aux côtés de son homologue ivoirien Guillaume Soro. Une rencontre est prévue à la mi-journée avec le président Alassane Ouattara, dont il a salué « la volonté […] de mener une démarche de vérité et de réconciliation en même temps qu’un travail de mémoire. »

François Fillon doit s’envoler vendredi soir pour le Ghana, considéré comme un modèle de démocratie et de croissance économique (12% cette année, le record du continent) et dont Paris voudrait se rapprocher. « Ce pays constitue une sorte de terre de conquête pour les entreprises françaises et permet d’avoir un pied dans différents groupes de pays, pour ne pas rester dans la traditionnelle Afrique francophone », a confié un conseiller du Premier ministre. Il doit terminer sa tournée par une visite au Gabon, partenaire traditionnel de la France en afrique centrale. (avec AFP)