Archives

Maroc : grande distribution, petits arrangements

Le Maroc ne compte que quatre opérateurs dans la grande distribution. © Alexandre Dupeyron pour J.A.

Dans un rapport remis au conseil de la concurrence marocain, le cabinet Mazars Masnaoui juge le secteur de la grande distribution très concentré et peu réglementé.

Anecdotique au début des années 2000, la grande distribution s’est imposée depuis comme un acteur majeur du commerce au Maroc. Son chiffre d’affaires (environ 16 milliards de dirhams, soit 1,4 milliard d’euros) représente 13 % du commerce de détail et croît de 9 % par an, sous l’effet conjugué de l’urbanisation et de l’évolution des comportements des consommateurs. Problème : le secteur reste très concentré et peu réglementé, comme le montre le rapport du cabinet Mazars Masnaoui, remis début juillet au Conseil de la concurrence.

Risque d’entente

Si le pays compte sept enseignes, on ne dénombre en fait que quatre opérateurs : la SNI (Marjane et Acima) domine, avec 64 % de part de marché, suivie de Label’Vie (Label’Vie, Metro, Carrefour, 28 %) et d’Ynna Holding (Aswak Assalam, 8 %). Des groupes locaux auquel il convient d’ajouter le hard discounter turc BIM qui, depuis 2009, a ouvert plus de 40 petites et moyennes surfaces au Maroc.

L’encadrement de la grande distribution est d’autant plus urgent que le plan de développement Rawaj, initié par l’État en 2007, vise l’exploitation de 600 points de vente dans le royaume en 2020. Sans le dire ouvertement, le rapport pointe le risque d’entente entre les acteurs du secteur, notamment Acima et Label’Vie. Une dérive d’autant plus tentante que les marges sont confortables, de 16 % à 17 % en incluant les marges arrières (commissions rétrocédées par les fournisseurs en échange de services).

Et si l’arrivée de nouveaux acteurs est attendue, « il est probable que ce soit en association avec des opérateurs marocains déjà présents pour se déployer rapidement », indique Tarik El Fekkak, de Mazars Masnaoui. Une course de vitesse qui a son importance, car une réglementation pourrait prochainement obliger les grandes surfaces à s’implanter loin des centres-villes.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte