Politique

Le Mali et la Mauritanie délogent Aqmi de la forêt du Wagadou

| Par Jeune Afrique
Des soldats maliens patrouillent près de Tombouctou

Des soldats maliens patrouillent près de Tombouctou © AFP

Lors d’une opération effectuée conjointement avec l’armée mauritanienne, les troupes maliennes ont repris mardi le contrôle de la forêt du Wagadou, à la frontière entre les deux pays.

Après trois semaines d’intenses combats, l’armée malienne a repris le contrôle de la forêt du Wagadou, à la frontière entre le Mali et la Mauritanie, où Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) venait d’établir une base. Le groupe terroriste comptait s’en servir comme point d’appui pour agir en Mauritanie.

Dans le cadre de cette opération, appelée « Benkan » (mot bambara qui signifie « unité »), les troupes maliennes et mauritaniennes ont mené conjointement des missions de sécurisation pendant plusieurs semaines, avant et après le raid. L’attaque avait cependant été lancée par la Mauritanie seule. Craignant d’éventuelles fuites, les autorités mauritaniennes n’avaient prévenu les Maliens que quelques heures avant son lancement.

« Le jour de l’attaque, le chef des opérations de l’armée mauritanienne nous a demandé de bombarder vers le sud-est de la forêt une position d’Aqmi. L’armée malienne a envoyé au total quinze obus sur les positions ennemies », a affirmé le colonel malien Gaston Damango, chef des opérations dans cette zone.

Les deux pays ont décidé d’unir leurs efforts dans cet espace où l’armée malienne s’est récemment positionnée, afin d’y mener des opérations de ratissage et d’asphyxier l’organisation terroriste.

Une action qui fait partie de la campagne lancée par le Mali pour sécuriser les zones sensibles de son territoire et faire taire les accusations de laxisme lancées récemment à son encontre. Le plan comprend également la création de onze postes de sécurité dans le désert ainsi que la sécurisation des sites touristiques.

Le raid contre cette base (qui n’était pas complètement achevée, mais abritait de l’armement lourd menaçant directement la Mauritanie, selon l’état-major de ce pays) a fait 15 morts côté Aqmi, deux côté mauritanien, a affirmé le même état-major.

Les Mauritaniens sont rentrés sur leur territoire il y a deux semaines, mais ils restent stationnés à quelques kilomètres seulement. Le contrôle de la forêt du Wagadou incombe donc désormais aux Maliens : trois compagnies y participent et, chaque jour, deux avions de surveillance (don de la France au Mali) survolent la forêt, ainsi que deux hélicoptères de combat.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte