Droits de l’homme

Côte d’Ivoire : Ouattara promeut officiellement d’ex-comzones dans la nouvelle armée

| Par Jeune Afrique
Chérif Ousmane devient commandant en second de la sécurité présidentielle (GSPR).

Chérif Ousmane devient commandant en second de la sécurité présidentielle (GSPR). © Sipa

C’est une étape dans la réunification des anciennes forces belligérantes de Côte d’Ivoire qui restera amère pour les défenseurs des droits de l’homme. Les anciens « comzones » Wattao, Chérif Ousmane ou Martin Fofié Kouakou ont été officiellement nommés à des postes militaires importants par Ouattara.

Alassane Ouattara leur doit sa victoire militaire sur les forces de Laurent Gbagbo au moins autant qu’à la France et à l’ONU. Et le fait qu’ils aient été régulièrement accusés d’exactions par les Nations unies ou des ONG n’y aura rien changé. D’importants « comzones » (commandants de zones) ont ainsi été remerciés de leur soutien par Alassane Ouattara mercredi, qui a signé une grande vague de promotions et de nominations au sein de la nouvelle armée de Côte d’Ivoire.

L’un des plus connus – et des plus controversés – Issiaka Ouattara, dit « Wattao » devient commandant en second de la Garde républicaine alors qu’il dirigeait jusqu’à présent la zone de Séguéla (centre-ouest). L’ex-chef de la zone de Bouaké (centre, fief des FN), Chérif  Ousmane, alias « Papa Guépard » est quant à lui promu commandant en second du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR). Considéré comme le « com-zone » le plus proche d’Alassane Ouattara, il occupe ainsi un poste-clé dans le dispositif sécuritaire du chef de l’État, dont l’entourage redoute toujours qu’il soit victime d’attentat.

Le "geôlier" de Gbagbo reste à Korhogo

Martin Fofié Kouakou qui avait en charge la direction de la zone de Korhogo (nord) et veillait à ce titre sur la sécurité de Laurent Gbagbo qui y est maintenu en résidence surveillée, reste dans cette ville. Depuis 2006 sous sanctions de l’ONU, qui a notamment accusé ses forces d’« exécutions extrajudiciaires », il ne bénéficie cependant pas d’une grande promotion en devenant le commandant de la Compagnie territoriale de la ville. (Avec AFP)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte