Politique

Libye : Tripoli dément la mort du fils cadet de Kadhafi

Khamis (G), en tenue militaire, saluant la foule, le 29 mars 2011 à Tripoli. © télévision libyenne/AFP

Le régime libyen a démenti vendredi l'annonce faite par les rebelles de la mort de Khamis Kadhafi, un des fils du dirigeant.  

mis à jour à 14h00

« Les informations concernant la mort de Khamis dans un raid aérien de l’Otan sont de très sales mensonges destinés à couvrir le meurtre de civils dans une ville pacifique », a indiqué à des journalistes un porte-parole du régime Moussa Ibrahim.

La frappe de l’Otan est intervenue dans la nuit du jeudi au vendredi, quelques heures à peine après la visite organisée et encadrée par le régime à Zliten pour des journalistes de Tripoli.

Les journalistes avaient ainsi pu constater que le centre de la localité était toujours sous contrôle des forces pro-Kadhafi, la ligne de front se situant entre dix et quinze kilomètres plus à l’est, selon des habitants. D’intenses tirs d’artillerie étaient audibles en provenance de cette zone, avait constaté le journaliste de l’AFP.

Plus tôt dans la matinée du vendredi, Khamis Kadhafi, fils cadet du colonnel Mouammar Kadhafi était donné mort part les rebelles. « Khamis Kadhafi fait partie des 32 personnes décédées dans un raid de l’Alliance atlantique », avait fait savoir Mohammed Zawawi, un porte-parole des rebelles, affirmant avoir obtenu ces informations grâce à des opérations d’espionnage menées dans les rangs des pro-Kadhafi. Toujours selon ce porte-parole, les rebelles auraient intercepté des conversations radio des forces Kadhafistes indiquant que Khamis avait été tué.

La mort de Khamis Kadhafi avait déjà été annoncée fin mars par des médias pro-rebelles, avant d’être immédiatement démentie par le régime.

Commandant de la brigade d’élite

Khamis Kadhafi est à la tête de la brigade d’élite , engagée dans la lutte contre les rebelles.

Agé de 28 ans, il est le plus jeune des sept fils du Guide libyen. Officier de carrière, diplômé de l’académie militaire et de l’école de guerre russe, il commande l’une des brigades réputées les plus efficaces des forces fidèles au dirigeant libyenne, connue sous le nom de Brigade Khamis. Il est en charge des opérations sur le front de Zliten, position la plus avancées des rebelles dans l’Est, après le port Stratégique de Misrata.

En Mai, le guide de la révolution avait déjà perdu le plus jeune de ses fils, Saif al-Arab, ainsi que trois de ses petits-enfants, dans une attaque aérienne menée par l’Otan.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte