Économie

Côte d’Ivoire : accident d’autobus à Abidjan, au moins vingt corps repêchés dans la lagune

Un bus de la Sotra d'Abidjan.

Un bus de la Sotra d'Abidjan. © D.R.

Un autobus a chuté dans la lagune d'Abidjan, où une vingtaine de corps ont ensuite été repêchés. Le bilan des victimes pourrait très vite s'alourdir.

Mis à jour à 17h51.

Au moins 20 corps ont été repêchés dans la lagune d’Abidjan, et ce bilan provisoire pourrait s’alourdir. Ces Ivoiriens décédés ont été victimes d’un accident d’autobus vendredi matin. Le véhicule de la Société des transports abidjanais (Sotra), bondé, est tombé du pont Houphouët-Boigny, l’un des deux ponts de la capitale économique ivoirienne. Les causes de la chute ne sont pas encore connues, mais une voiture broyée côté chauffeur laisse à penser qu’il s’agissait sûrement d’une collision.

Le président Alassane Ouattara, ainsi que le Premier ministre Guillaume Soro et d’autres membres du gouvernementqui se sont rendu sur les lieux, et ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes. Un deuil national de trois jours a été décrété à partir de samedi, veille du 51e anniversaire de l’indépendance du pays.

Des dizaines de pompiers ont été dépêchés sur place par la force militaire française Licorne et l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), escortés par les forces de l’ordre ivoiriennes et ont commencé à extraire les corps des victimes de l’eau. La plupart d’entre elles seraient des femmes et des jeunes selon un observateur.
Si aucun bilan officiel n’a pour l’instant été dévoilé, le nombre important de passagers du bus laisse à penser qu’il pourrait y avoir plus qu’une dizaine de victimes.

Travaux de réfection

La circulation a donc été interrompu sur le pont, provoquant des embouteillages conséquents dans la ville. Alassane Ouattara, le chef de l’État, s’est rapidement rendu sur les lieux, accompagné du Premier ministre Guillaume Soro ainsi que d’autres membres du gouvernement. Cet accident n’est pas un cas isolé, dans une ville où la circulation peut être souvent meurtrière. Les véhicules mal entretenus et l’état déplorable des routes ne fait qu’aggraver cet état de fait. Pour tenter d’endiguer ce fléau, le gouvernement a engagé ces dernières semaines des travaux de réfection des axes routiers dans plusieurs endroits de la ville.

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte