Elections

Tunisie : et si l’abstention gagnait l’élection de la Constituante ?

Des Tunisiens viennent de se faire inscrire sur les listes électorales à Ariana près de Tunis, le

Des Tunisiens viennent de se faire inscrire sur les listes électorales à Ariana près de Tunis, le © AFP

La faible participation des Tunisiens à la campagne d’inscription volontaire sur les listes électorales fait craindre une abstention massive à l’élection de la Constituante. Voire la manipulation du scrutin par des forces contre-révolutionnaires.  

Les Tunisiens vont-ils se faire prier pour aller voter ? Le 23 octobre sont prévues les premières élections post-Ben Ali – sans doute les premières véritablement libres de l’histoire de la Tunisie -, mais le 14 août, seulement un peu plus de la moitié des électeurs potentiels en Tunisie s’étaient volontairement inscrits sur les listes électorales, selon un membre de l’Instance indépendante des élections (ISIE).

« Nous avons atteint voire dépassé les 3,7 millions d’inscrits, ce qui fait un taux de 52% » à l’échelle nationale, a ainsi déclaré Larbi Chouikha. La barre des 50% d’inscrits est franchie « si on ne comptabilise pas les Tunisiens résidant à l’étranger », pour lesquels les statistiques n’étaient pas encore disponibles le 14 août, a-t-il indiqué.

Campagne exceptionnelle

« Le corps électoral sur le territoire national est composé d’environ 7 millions d’électeurs », a encore précisé Chouikha, les électeurs résidant à l’étranger étant compris entre 700 000 et 800 000. L’ISIE tiendra une conférence de presse ce 16 août pour annoncer les chiffres définitifs du corps électoral et des inscrits. Et elle lançait le 15 août une campagne exceptionnelle d’inscription réservée aux militaires et aux policiers ayant réintégré la vie civile, ainsi qu’aux jeunes qui auront atteint 18 ans juste après la clôture des inscriptions et aux personnes ayant recouvré leurs droits civiques avant le scrutin.

Le 13 août, la dernière mise à jour du nombre d’inscrits affichait 3,640 millions selon le compteur de l’ISIE sur sa page officielle Facebook, où l’objectif à atteindre est fixé à 7,5 millions d’électeurs. L’opération d’inscription avait commencé le 11 juillet dernier, la date limite étant fixée au 2 août. Mais vu la faible mobilisation, le président de l’ISIE, Kamel Jendoubi a prorogé la fermeture de deux semaines, avant d’annoncer finalement au début d’août le recours à l’inscription automatique.

Listes indépendantes du ministère de l’Intérieur

L’importance de l’opération ne se limite cependant pas à la prochaine élection de la Constituante. Si les Tunisiens avaient répondu présents en masse, cela aurait permis aux autorités d’établir de nouvelles listes électorales, totalement indépendantes de celles du ministère de l’Intérieur, qui falsifiait à loisir les élections sous Ben Ali. La décision de l’ISIE de recourir à l’inscription automatique est donc loin d’être idéale, car celle-ci se base sur les données des cartes d’identité nationales, recueillies par l’ISIE… auprès du ministère de l’Intérieur, justement.

Prochaines étapes du processus électoral : le 20 août, vérification des listes des électeurs ; le 30 août, publication du décret de convocation des électeurs ; et le 1er octobre, lancement de la campagne électorale. Après le battage médiatique pour inciter les électeurs à s’inscrire, le défi pour l’ISIE, les partis politiques et le gouvernement consiste désormais à éviter que les premières élections libres soient remportées par l’abstention. Hasard du calendrier, la clôture des inscriptions a eu lieu sept mois jour pour jour après la fuite de Zine el-Abidine Ben Ali le, 14 janvier dernier en plein soulèvement populaire.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte