Santé

Démographie : déjà 7 milliards d’habitants… et bientôt un sur trois en Afrique

La démographie est l'un des principaux enjeux de l'avenir à court terme de l'Afrique.

La démographie est l'un des principaux enjeux de l'avenir à court terme de l'Afrique. © Yasuyoshi Chiba/AFP

À l’horizon 2100, un habitant de la planète sur trois sera probablement africain contre un sur sept actuellement, selon l’Ined. À cette époque, la Terre comptera plus de 10 milliards de personnes, contre 7 actuellement.

Alors que la population mondiale va franchir les 7 milliards d’habitants en 2011, celle de l’Afrique était d’environ 1,05 milliards en juin. Mais les choses devraient rapidement changer puisque dans les années à venir l’accroissement de la population africaine sera particulièrement important, notamment au sud du Sahara où la population devrait passer d’un peu plus de 600 millions d’habitants en 2000 à près de 3,4 milliards en 2100. Et alors que la population mondiale se sera stabilisée autour des 10 milliards, celle de du continent pourrait avoir quadruplé, en passant de 800 millions  à 3,6 milliards d’habitants.

À en croire les dernières projections de l’Institut national d’études démographiques (Ined, France), un terrien sur trois devrait donc être africain à la fin du siècle. Mais dès 2050, cette croissance effrénée se fera durement sentir, puisque la population de l’Afrique pourrait s’élever à 2,3 milliards de personnes, avec tous les risques que cela comporte en matière de développement, d’environnement et de mortalité.

Le Nigeria, 3e pays le plus peuplé du monde

Le continent compterait alors le troisième pays le plus peuplé du monde : le Nigeria, avec 433 millions d’habitants. Qui se placerait juste derrière la Chine et l’Inde (avec respectivement 1,69 milliard et 1,3 milliard d’habitants) et devant… les États-Unis (423 millions). À titre de comparaison, l’union Européenne (UE) serait quant à elle forte de 513 millions d’habitants.

Parmi les autres pays africains les plus peuplés en 2050 figureraient l’Éthiopie (9e position avec 174 millions d’habitants), la République démocratique du Congo (RDC, 11e position avec 149 millions), puis la Tanzanie (13e position, 138 millions). L’Égypte serait alors le pays arabe le plus peuplé, passant de 82,6 millions d’habitants mi-2011 à 123 millions en 2050.

Taux de fécondité élevé

Ce fort accroissement en Afrique s’explique en partie par l’important taux de fécondité. « C’est l’une des régions du monde où la fécondité reste encore élevée même si elle est en baisse. Et même avec cette baisse, c’est plus qu’ailleurs. Les régions du monde qui vont voir leur population croître le plus au cours des prochaines décennies, ce sont les pays où la fécondité est la plus élevée », explique le chercheur Gilles Pison, auteur de l’étude.

À titre d’exemple, le nombre d’enfant par femme est actuellement de 7 au Niger, de 6,4 en Somalie, 6,1 en RDC et de 5,8 au Burkina Faso.

L’accroissement naturel est cependant ralenti par un taux de mortalité infantile très élevé (74 pour 1000 sur le continent contre 6 pour 1 000 en Europe et aux États-Unis) et par les conséquences dramatiques de la pandémie du sida. En 2009, 4,9 millions de personnes entre 15 et 49 ans étaient infectées par le virus en Afrique du Sud, soit 18% de cette tranche d’âge. Sur tout le continent africain, la proportion de malades se situe à 3,9% de la population contre 0,8% au niveau mondial.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte