Télécoms

IHS Towers lève 522 millions de dollars

Fin 2015, Onatel comptait 6,76 millions d'abonnés à la téléphonie mobile au Burkina.

Fin 2015, Onatel comptait 6,76 millions d'abonnés à la téléphonie mobile au Burkina. © Vincent Fournier/JA

L’opérateur de tours de communication nigérian IHS lève 522 millions de dollars en capital et en dette et gagne au passage un nouvel actionnaire, un fonds souverain asiatique dont l’identité n’a pas été révélée.

Alors que son concurrent Helios Towers vient de signer avec Vodacom pour racheter son parc de tours en Tanzanie, IHS Towers, numéro un du secteur en Afrique avec plus de 8 500 tours sous gestion, vient d’annoncer qu’il avait levé 522 millions de dollars dans un mix de dette et de capital. Parmi les contributeurs à cette levée de fonds, on retrouve notamment la société de gestion européenne Wendel qui, par l’intermédiaire de son fonds Oranje-Nassau Développement, a investi 100 millions de dollars supplémentaires. Elle porte ainsi son investissement total à 276 millions de dollars et reste actionnaire de référence avec 35% du capital.

Lire aussi :

Tanzanie : Vodacom vend ses tours à Helios
Romain de Villeneuve, dans la tour de contrôle d’IHS
Orange confie 2 000 tours à IHS au Cameroun et en Côte d’Ivoire

Emerging Capital Partners (ECP) et le sud-africain Investec Asset Management, actionnaires actuels d’IHS Holding aux côtés de Wendel, ainsi qu’un nouvel arrivant, un fonds souverain asiatique dont l’identité n’a pas été révélée, ont également participé à l’augmentation de capital à hauteur de 142 millions de dollars. Pour ce qui concerne la partie dette, IHS a levé 280 millions de dollars auprès de la Société financière internationale (IFC), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé.

Expansion et modernisation

Le groupe coté à la Bourse de Lagos entend investir ces fonds dans la construction d’un millier de tours au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Cameroun dans le cadre des contrats conclus avec les opérateurs mobiles, principalement MTN et Orange. Il devrait également investir dans des solutions d’alimentation électrique solaires et financer son expansion sur de nouveaux marchés. Selon Issam Darwish, directeur général de l’entreprise cité par le quotidien britannique Financial Times, cinq opérations sont dans les tuyaux en Afrique australe et orientale. Cette injection d’argent frais est critique pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé de gérer 20 000 tours.

Une autre levée de fonds serait envisagée dans le courant de l’année prochaine.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte