Diplomatie

Zimbabwe : Robert Mugabe serait malade d’un cancer selon Wikileaks

Robert Mugabe, 87 ans, dont 31 passés au pouvoir. © AFP

Robert Mugabe est-il malade ? Un télégramme diplomatique, publié par le site Wikileaks le 30 août, révèle que le dirigeant zimbabwéen serait atteint d’un cancer de la prostate qui lui laissait, en 2008, entre trois et cinq ans à vivre.

Depuis, l’information révélée par Wikileaks a été, sans surprise, démentie. Mais la maladie du dictateur zimbabwéen, Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1980, pourrait expliquer bien des choses. Son état d’affaiblissement n’était plus un secret. Rien de bien surprenant pour un homme aux 87 printemps.

Cependant, le télégramme publié par Wikileaks vient ajouter une information de taille : Robert Mugabe souffrirait d’un cancer. « Le gouverneur de la Banque centrale du Zimbabwe Gideon Gono a indiqué à l’ambassadeur le 4 juin (2008) que le président Mugabe avait un cancer de la prostate métastasé, et, selon ses médecins, il aurait encore trois à cinq ans à vivre », révèle ainsi le câble confidentiel, qui relate l’entretien entre l’ambassadeur américain James McGee et Gideon Gono.

Et l’américain de révéler que, selon le gouverneur Gono, les médecins de Mugabe lui auraient conseillé de « diminuer ses activités ». Recommandations que le dirigeant zimbabwéen s’était bien gardé de suivre alors qu’en 2007 et 2008 il se préparait à la présidentielle.

"Ambassadeur voyou"

Si Gideon Gono a démenti dans la presse du Zimbabwe, lundi, avoir confié que le président souffrait d’un cancer de la prostate, critiquant « le temps perdu à commenter les opinions d’ambassadeurs voyous », l’information est tout à fait crédible. La presse zimbabwéenne a en effet déjà évoqué le cancer probable de Mugabe, intriguée par les séjours récurrents du président à Singapour, officiellement pour se faire soigner de la cataracte.

La santé de Mugabe est l’une des raisons avancées par la presse pour expliquer l’empressement de certains responsables de son parti, le ZANU-PF, à organiser l’élection présidentielle le plus tôt possible. Le président a pris position vendredi pour que le scrutin se tienne, au plus tard, au début du mois de mars.

Clap de fin ? Rien n’est moins sûr. En mars 2010, Robert Mugabe, 87 ans, dont trois décennies au pouvoir, annonçait son intention de se porter candidat à un nouveau mandat. Cancer ou pas, le plus vieux dirigeant d’Afrique ne manque en tout cas pas d’ambition…

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte