Archives

Côte d’Ivoire : 600 millions de dollars du FMI contre le maintien des législatives

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi 15 septembre qu’il allait accorder à la Côte d’Ivoire, qui sort d’une grave crise post-électorale, plus de 600 millions de dollars.  L’économie ivoirienne a profondément été affaiblie suite à  la crise postélectorale  qui  a éprouvé le pays de novembre 2010 à avril 2011. En contrepartie de cet appui financier, le FMI réclame la tenue des élections législatives promises pour le 15 décembre 2011.

Par
Mis à jour le 16 septembre 2011 à 13:50

Le siège du Fonds Monétaire International le 5 juin 2011 à Washington. © AFP

Le FMI a annoncé hier qu’il allait accorder une aide à la nation ivoirienne, sous réserve de l’approbation du conseil d’administration du Fonds en novembre.

Reconstruire l’économie

Cet appui de 616 millions de dollars, au titre d’une Facilité élargie de crédit (FEC), devrait s’étendre jusqu’en 2014, a expliqué le FMI au terme d’une mission de deux semaines à Abidjan. Pour le FMI, le principal objectif est de « reconstruire l’économie après des années de crise intérieure, caractérisée par un faible niveau d’investissement, de croissance et d’emploi. »

La Banque mondiale  a également approuvé un appui budgétaire de 150 millions de dollars et un don de 50 millions pour le financement d’un projet en faveur de l’emploi des jeunes.

En juillet, le FMI avait repris son aide à la Côte d’Ivoire, suspendue pendant la sanglante crise postélectorale close avec l’arrestation de l’ex-président Laurent Gbagbo le 11 avril, en décaissant dans un premier temps 129 millions de dollars.

Redresssement progressif

Le ministre ivoirien de l’Économie, Charles Diby Koffi, a salué le redressement progressif de l’économie, avec un « niveau de récession qui a été ramené en 100 jours à -5,8%, contre -7,5% ». « La descente aux enfers a été freinée, notre économie réagit bien », a-t-il souligné.

« La reprise a été plus rapide que prévu, la production industrielle de juin ayant atteint 95% du niveau de l’année précédente, contre 50% en avril », s’est félicitée devant la presse Doris Ross, chef de la mission conjointe du FMI, de la Banque mondiale (BM) et de la Banque africaine de développement (BAD). « L’actuelle campagne agricole devrait être solide » chez le premier producteur mondial de cacao, a ajouté Mme Ross.

Toutefois, le gouvernement doit encore « améliorer l’environnement sécuritaire, notamment la circulation des biens et des personnes, et mener à bonne fin les élections législatives » prévues au plus tard le 15 décembre, a prévenu l’institution.

(Avec AFP)