Politique

Algérie – WikiLeaks : pour Bouteflika, Rabat aurait dû avoir une approche plus « élégante » sur le Sahara

Dans un câble daté du 3 mars 2008 (08ALGIERS251), l'ambassadeur en Algérie Robert S. Ford rend compte d'un entretien sur le Sahara occidental entre David Welch, assistant du secrétaire d’État américain aux affaires du Proche-Orient, le président Abdelaziz Bouteflika et son Premier ministre Abdelaziz Belkhadem. Traduction des principaux extraits.

Résumé : Les 26 et 27 février lors de rencontres avec David Welch, assistant du secrétaire d’État aux affaires du Proche-Orient, le président Abdelaziz Bouteflika et son Premier ministre Belkhadem ont insisté sur leur ligne habituelle à propos du Sahara occidental, ainsi que sur la nécessité pour l’Algérie de trouver une manière de « sauver l’honneur ».

Bouteflika a déclaré que les relations avec le Maroc étaient « fraternelles » et que le Sahara occidental était le seul problème qui s’élevait entre eux. Parce que les États-Unis n’étaient pas concernés par le passé colonial de la France dans la région, Bouteflika a pensé qu’ils étaient très bien placés pour servir de référant pour résoudre le conflit. Même si Bouteflika a dit qu’il comprenait que le Maroc se sente menacé par une possible indépendance du Sahara occidental, il a dit aussi que le Maroc ne devait blâmer que lui seul à propos de la situation actuelle, étant donné qu’il avait agi avec « maladresse ». Avec un peu plus d’élégance, a-t-il dit, le Maroc aurait pu favoriser un résultat à la « Puerto Rico », avec lequel les Sahraouis choisiraient volontiers de former une partie du Maroc. (…)

3) (…) Bouteflika s’est expliqué en disant que le Maroc aurait dû avoir une approche plus « élégante » dans le processus d’indépendance du Sahara occidental et qu’elle aurait due être plus contrôlée et supervisée. Il a déclaré : « Ils veulent un Anschluss comme Saddam Hussein avec le Koweït ». Bouteflika a affirmé qu’il aurait plus facilement imaginé que le Sahara occidental choisisse de rester une région du Maroc après avoir constaté les bénéfices de la loi marocaine, de la même manière que « Puerto Rico a choisi de rester au sein des États-Unis ».

D’après Bouteflika, le Maroc a besoin d’offrir quelque chose au Polisario, étant donné que « vous ne pouvez pas demander des concessions à des gens qui n’ont rien dans leurs poches ». (…)

Retrouvez le câble original en anglais ici.
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte