Politique

Présidentielle en RDC : Kabila est « sûr de ne pas perdre », mais acceptera une éventuelle défaite

| Par
Le président de la RDC, Joseph Kabila, le 18 octobre 2011.

Le président de la RDC, Joseph Kabila, le 18 octobre 2011. © AFP

Le président de la RDC Joseph Kabila s’est exprimé mardi, assurant qu’il céderait son fauteuil en cas de défaite lors de l’élection présidentielle prévue le 28 novembre. Pour autant, le chef de l’État s’est dit « sûr de ne pas perdre ».

En toute hypothèse, Joseph Kabila est prêt à accepter une défaite à l’élection présidentielle, si elle se présente. C’est du moins ce que le président congolais (RDC) affirme. « Si on échoue aux élections, on peut tout à fait faire autre chose, il n’y a pas que la politique. Mais on ne va pas perdre les élections », a-t-il précisé lors d’une conférence de presse à la présidence à Kinshasa.

La méthode Coué fait partie de la politique. L’opposant historique Étienne Thsisekedi, candidat de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), avait déclaré pour sa part être « sûr de gagner à 100% ».

« Qui va gagner les élections? Ce dont je suis sûr et certain, c’est que je ne vais pas les perdre. Quelqu’un est sûr de gagner les élections à 100% ? Je ne sais pas, mais moi je suis certain que je ne vais pas les perdre », lui a rétorqué mardi le chef de l’État.

Joseph Kabila estime notamment que les Congolais sauront apprécier les actions menées pour leur bien-être par le parti au pouvoir. « Le peuple n’est pas dupe. Notre peuple est politiquement éveillé. Notre peuple est aussi conscient et témoin des actions en faveur de cette même population », a-t-il dit, ajoutant que qu’il devrait « beaucoup, beaucoup d’explications (…), sur ce qu’on a pu faire et sur ce qu’on n’a pas pu faire et pourquoi ».

"Nous on avance"

Le président a également dénoncé, sans nommer précisément l’UDPS, les craintes de l’opposition (qui avait boycotté la présidentielle de 2006, dénonçant une élection entachée d’irrégularité), quant à la tenue du scrutin. « En 2006, ce parti politique n’était pas du tout prêt pour les élections. Il se fait qu’aujourd’hui en 2011 c’est la même situation. Le Congo avance, ceux qui ne veulent pas ou ceux qui pensent qu’ils ne peuvent pas avancer avec nous, et bien ils n’ont qu’à rester, nous on avance », a-t-il lancé.

La présidentielle en RDC est prévue pour le 28 novembre, mais l’organisation de ce scrutin à un tour, qui se tiendra au même moment que les élections législatives, a pris du retard. « Si on nous confirme que la Commission électorale nationale indépendante est prête pour l’organisation des élections à la date prévue, et bien on organise les élections et on y va », a assuré Joseph Kabila, précisant qu’il s’agira d’élections « crédibles, démocratiques et transparentes ». On veut le croire.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte