BTP & Infrastructures

Sénégal : l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio fait débat

Le nouveau temps de trajet entre Dakar et Diamniadio sera de 15 minutes. DR ©

Les tarifs au péage de l'autoroute Dakar-Diamniadio, qui doit ouvrir le 1er août, divisent les automobilistes sénégalais.

Ouvrage très attendu des Sénégalais, qui déplorent les difficultés du trafic pour entrer à Dakar, la nouvelle autoroute à péage divise déjà les automobilistes, notamment en raison de son coût annoncé. Prévue pour le 1er août prochain, l’ouverture du dernier tronçon de cet axe routier, entre Dakar et Diamniadio, doit décongestioner fortement le trafic routier dakarois. Il a été annoncé à coups de publicité dans les quotidiens sénégalais par le groupe Senac SA, société chargée de gérer l’ouvrage, ainsi que par l’Agence nationale pour la promotion des investissements et grands travaux (Apix).

Le président directeur général d’Eiffage Sénégal qui a réalisé l’infrastructure, Gérard Senac, s’exprimant lors d’une rencontre avec des élus des localités traversées par l’ouvrage, estime déjà que les recettes journalières seront comprises entre 10 et 15 millions de F CFA (20 000 à 30 000 dollars) par jour alors que le péage s’applique jusqu’ici sur le premier tronçon, long de quelques kilomètres. Il en attend beaucoup plus avec l’ouverture du dernier tronçon reliant Dakar à Diamniadio. Pour un trajet d’une quarantaine de kilomètres, le tarif pour un passage est de 1 400 F CFA pour les voitures et taxis (soit environ 2,84 dollars), 800 F CFA pour les motos, 2 000 F CFA pour les « cars rapides » et minibus, 2 700 pour les autobus et camions.

Des avis mitigés

Certains automobilistes interrogés jugent ces tarifs élevés, d’autres estiment que l’ouvrage permet un gain de temps considérable et sont donc prêts à l’utiliser. « À ce prix, je ne compte pas prendre l’autoroute à péage, le carburant est cher, si je dois dépenser 2 800 F CFA pour aller au travail et revenir, je préfère prendre mon mal en patience dans les embouteillages », déclare Abass Faye, conducteur de petit véhicule. « Le tarif des véhicules de transport en commun est élevé, il réduit nos marges bénéficiaires », lance un transporteur.

En revanche, un employé de banque perçoit le gain de temps. « Avec les embouteillages, je suis obligé de prendre la route très tôt pour ne pas arriver en retard au bureau. Grâce à cette autoroute, je ne mettrai que quelques minutes pour arriver », espère-t-il. Un transporteur est lui aussi favorable au passage à l’autoroute à péage : « Il me permet de faire plus de voyages puisque je perds moins de temps. »

Dans leur annonce parue dans la presse, Senac SA et l’Apix tentent de faire comprendre aux automobilistes que « le nouveau temps de trajet entre Dakar et Diamniadio en conditions normales de confort et de sécurité est de 15 minutes, soit un gain de temps de 90 minutes qui correspond à une économie de sept litres pour un véhicule particulier, soit 6 000 F CFA environ ». Aux automobilistes d’apprécier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte