Sport

Gabon – Brésil : les Panthères s’inclinent sans rougir face à la Seleçao (0-2)

Le Brésil s'est imposé mais les Gabonais ont bien résisté.

Le Brésil s'est imposé mais les Gabonais ont bien résisté. © Reuters

Grâce à deux buts inscrits en première mi-temps, le Brésil s’est imposé jeudi soir en match amical face au Gabon (2-0) au stade de l’Amitié à Libreville. Mais les Panthères ont plutôt bien résisté à la Seleçao…

La CAN 2012 ne débutera que dans un peu plus de deux mois (le 21 janvier), et cela devrait largement laisser aux Gabonais le temps d’améliorer les défauts constatés jeudi soir au stade de l’Amitié de Libreville face au Brésil. La pelouse, malgré un état indigne d’un match international, a tenu le choc, et l’éclairage défaillant a retardé le coup d’envoi de presque vingt minutes. Mais une banale histoire de plombs ne risquait pas de doucher l’enthousiasme d’un public venu pour voir jouer les Brésiliens, et aussi pour en savoir un peu plus sur sa propre sélection.

Le géant sud-américain, très carré dans la préparation de cette rencontre inédite, n’a fait que confirmer le statut qui est le sien depuis près de six décennies. Car malgré les forfaits (Luiz Gustavo, Pato, Kaka, Marcelo), et le choix de Mano Menezes de laisser à la disposition de leurs clubs brésiliens Neymar, Ronaldinho ou Ganso, ainsi que la suspension de Daniel Alves, le Brésil a fait le job, et plutôt bien.

Les Auriverde ont rapidement ouvert le score par Sandro, bourré d’opportunisme en reprenant un ballon dévié par Ecuele Manga et qu’Ovono avait réussi à repousser au prix d’un effort majestueux (0-1, 12e). Puis les brésiliens se sont mis à l’abri un peu plus tard, quand Hernanes a prolongé de la tête un tir de Jonas qu’Ovono n’était pas parvenu à bloquer (0-2, 37e).

Naïveté défensive

Mais si le Brésil a su concrétiser sa domination et son évidente supériorité technique, et qu’il aussi laisser passer l’opportunité de faire fructifier son capital (occasions manquées de Jonas, Hernanes, Hulk, Bruno Cesar), il n’a pas toujours manœuvré à sa guise. Les Panthères se sont parfois laissées aller à une certaine naïveté défensive, mais elles ont su mettre en danger Diego Alves, le gardien de la Seleçao.

Ce fut le cas avec Pierre-Emerick Aubameyang, notamment, dont l’insistance aurait sans doute méritée d’être récompensée par un but. Mais l’attaquant de l’AS Saint-Etienne, quand il n’a pas trouvé sur son chemin Diego Alves (40e, 60e), a également manqué de justesse dans son dernier geste (28e, 65e). Sans rougir, le Gabon s’est incliné face au Brésil. Et l’histoire du football n’est pas venue s’enrichir d’un nouvel exploit…

__________

Par Alexis Billebault, à Libreville

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte