Sport

Daniel Cousin – Gabon : « Un seul objectif, préparer la CAN et être unis »

| Par
Daniel Cousin s'est retrouvé au Gabon un peu malgré lui, mais ne regrette rien.

Daniel Cousin s'est retrouvé au Gabon un peu malgré lui, mais ne regrette rien. © AFP

En octobre dernier, Daniel Cousin (34 ans), le capitaine des Panthères du Gabon, a décidé de revenir jouer au FC Sapins, un club de Libreville, afin de mieux préparer la CAN 2012 (21 janvier-12 février). L’ancien attaquant de Lens et des Glasgow Rangers explique ce choix surprenant, juste avant une rencontre mardi 15 novembre contre le Ghana à Saint-Leu-la-Forêt (Val d’Oise) en match amical. Interview.

Jeuneafrique.com : Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le championnat gabonais ?

Daniel Cousin : Tout simplement parce que je n’avais pas de club. Mon contrat avec Larissa (Grèce) s’était achevé en juin dernier. J’ai eu des propositions en Grèce, en Suisse (Servette Genève) et en France (Valenciennes et Clermont-Ferrand). Mais je pensais trouver mieux, et finalement, rien n’est venu. Les portes se sont fermées fin août à la fin du mercato, et voyant la CAN 2012 arriver, je me devais de rejouer. Avec le recul, j’ai quelques regrets d’avoir repoussé certaines offres.

N’y avait-il pas la possibilité de jouer malgré tout en Europe ?

Quand le FC Sapins s’est manifesté, je n’ai pas réfléchi trop longtemps. Ne pas jouer en club, cela signifiait que je risquais de perdre ma place en sélection. J’ai donc privilégié le challenge sportif plutôt que financier, même si les dirigeants du club ont fait un bel effort pour m’engager. Mais je ne regrette pas. Sportivement, je me remets à niveau, même si je manque de rythme. Et puis, j’en profite aussi pour me réadapter à la chaleur, à l’humidité, aux terrains difficiles. À deux mois de la CAN, ce n’est pas inutile…

En octobre dernier, il a été question du départ de Gernot Rohr, le sélectionneur des Panthères…

Je n’ai pas à donner mon avis sur le coach. Avec lui, cela se passe plutôt bien. Je peux ne pas toujours être d’accord avec ses choix, mais je les respecte. C’est lui le patron. Aujourd’hui, nous ne devons avoir qu’un seul objectif, préparer la CAN et être unis. Car nous avons hérité d’un groupe (Maroc, Niger, Tunisie) très relevé. Et il faudra être au top pour en sortir…

__________

Recueillis par Alexis Billebault, à Libreville

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte