Banque

Dette européenne : l’Angola investit massivement au Portugal

| Par Jeune Afrique
Vue du quartier des affaires de Luanda.

Vue du quartier des affaires de Luanda. © AFP

En raison de la crise financière mondiale, de la dette des pays européens et de nombreuses privatisations, les rôles se sont inversés entre le Portugal et l’Angola. Désormais, c’est au tour de Luanda d’invesir dans l’ex-métropole.

Endettée et subissant de plein fouet la crise, Lisbonne est depuis plusieurs mois contrainte à la privatisation en masse : son accord passé en mai dernier avec l’Union européenne et le Fonds Monétaire international (FMI) l’oblige à céder tout une partie de la compagnie aérienne TAP, de Energias de Portugal ou de la banque BPN.

C’est pour toutes ces raisons que le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho, en visite à Luanda mercredi, devrait chercher à revendre à l’Angola les entreprises publiques portugaises en passe d’être privatisées. Nouvel Eldorado africain, le pays, autrefois ravagé par la guerre civile, dispose aujourd’hui d’une puissance financière internationale, notamment grâce au poids lourd de son économie, le groupe pétrolier Sonangol.

En tout et pour tout, de 2002 à 2009, les investissements angolais au Portugal sont passés de 1,6 à 116 millions d’euros. Près de 3,8% de la capitalisation de la Bourse de Lisbonne est aux mains de l’ancienne colonie. Selon Carlos Feijo, chef de cabinet du président angolais, il s’agit d’un juste retour des choses : « Beaucoup d’Angolais ont des intérêts commerciaux au Portugal, mais aussi beaucoup de Portugais sont ici à Luanda pour faire des affaires, donc je dirais que c’est une réciprocité qui est bonne pour les deux pays. »

Investisseurs cachés

Selon Pedro Seabra, chercheur à l’Institut portugais des relations internationales (Ipris), à Lisbonne, l’inversement des rôles Angola-Portugal reste un phénomène singulier : « la Tunisie et l’Algérie ont bien des entreprises solides qui opèrent en Europe, mais cela n’a rien à voir avec les investissements de l’Angola que nous voyons au Portugal. Et je suis sûr que nous allons voir beaucoup plus d’achats d’actifs portugais par l’Angola dans un proche avenir », remarque-t-il.

Cependant, l’ampleur véritable des opérations financières en jeu demeure difficile à estimer, l’identité de nombreux investisseurs au Portugal demeurant cachée. L’ONG anti-corruption Global Witness a dénoncé l’opacité des transactions, d’autant que de nombreuses entreprises angolaises, telles que Sonangol, affichent dans leurs livres de comptes plusieurs milliards de dollars d’origine inconnue.

Rafael Marques, un activiste anti-corruption angolais, estime quant à lui qu’à force de fermer les yeux sur l’argent investi chez eux, les Portugais risquent de voir leur pays devenir « une vrai laverie automatique de gains mal acquis par l’Angola.»

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte