Diplomatie

Benoît XVI au Bénin : « On est bénis »

| Par Jeune Afrique
Le président Yayi Boni (G) accueille le pape Benoît XVI (D) à l'aéroport le 18 novembre 2011.

Le président Yayi Boni (G) accueille le pape Benoît XVI (D) à l'aéroport le 18 novembre 2011. © AFP

Le 18 novembre, peu avant 15 heures, le pape Benoît XVI pose pour la deuxième fois les pieds en Afrique. À Cotonou des milliers de fidèles venus de tous le pays attendaient avec ferveur le souverain pontife.

« Benetton ? Je ne connais pas » répond Mathias, vendeurs de biens en tous genre. Le jeune béninois n’a jamais entendu parler de la marque de vêtements italienne, encore moins de la campagne publicitaire qui défraie la chronique à Rome. Lui, de façon bien circonstancielle, se contente de vendre des affiches – non officielles –  du Pape Benoît XVI, 500 francs CFA pièce aux abords de la cathédrale Notre Dame de la Miséricorde au centre de Cotonou.

Des photomontages où l’on le voit le chef de l’église catholique émergeant des nuages, ou aux côtés du cardinal Bernard Gantin, premier archevêque noir, nommé en 1977, en même temps qu’un certain Joseph Ratzinger dont il deviendra proche. Mathias n’a pas vendu beaucoup d’images mais il ne désespère pas : la visite du Pape dure trois jours (du 18 au 20 novembre) et il espère bien en vendre une petite centaine.

Ferveur et enthousiasme

A quelques kilomètres de là, à l’aéroport international Bernard Gantin de Cotonou, ferveur et allégresse lorsque peu avant 15 heures l’avion papal s’immobilise sur le tarmac. Des chants, des danses et des cris de joie qui ont accompagné le pape tout au long du trajet qui l’a conduit jusqu’à la cathédrale Notre Dame. La vieille bâtisse – ornée de poster géants souhaitant bonne arrivée au chef de l’église et célébrant les 150 ans de l’évangélisation au Bénin –  a été rafraichie et décorée pour la circonstance.

Les fidèles brandissaient des centaines de drapeaux aux couleurs du Bénin et du Vatican au passage de la papamobile de Marque Mercedes. « Pape allemand, voiture allemande » commente avec emphase le journaliste qui commente l’évènement en direct et en simultané sur les chaines de télévision et de radio nationale.

« On est bénis », s’exclament les catholiques de toute la sous-région qui ont fait le déplacement pour l’occasion. Mathias, lui, fait la moue : ses bénédictions, il les comptera en sonnantes et trébuchantes à la fin de la visite papale.

___

Malika Groga-Bada, envoyée spéciale à Cotonou
 
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte