Politique
Présidentielle et législatives 2011 en RDC

Cet article est issu du dossier

Présidentielle et législatives 2011 en RDC

Voir tout le sommaire
Politique

Élections en RDC : un député du MLC tué par balles à Kinshasa

Mis à jour le 23 novembre 2011 à 15:16

Le climat se tend à nouveau en RDC, à quelques jours des élections présidentielle et législatives. Le député du MLC Marius Gangale a été abattu mardi soir à Kinshasa par des hommes armés, alors qu’il se trouvait dans son véhicule.

Coup de tonnerre dans le ciel électoral de RDC, quelques jours seulement avant la présidentielle et les législatives du 28 novembre. Selon la police congolaise, un député du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba est tombé mardi soir sous les balle d’agresseurs non identifiés.

« L’attaque s’est déroulée à Selembao, un quartier qui est assez difficile à maîtriser, avec une criminalité par rapport à la moyenne assez particulière », explique le général Jean de Dieu Oleko, chef de la police à Kinshasa. « Marius Gangale s’est retrouvé dans un embouteillage alors qu’il pleuvinait quand des hommes ont attaqué son véhicule. (…) On a ouvert une enquête. Une commission d’enquête travaille là-dessus pour donner un peu plus d’éléments sur les circonstances et les motivations », a-t-il poursuivi.

En présence de son épouse

Le député du MLC Thomas Luhaka, lui-même candidat aux législatives du 28 novembre, donne quelques précisions supplémentaires. « Deux personnes ont tenté d’ouvrir la portière arrière pour monter dans le pick-up mais c’était verrouillé de l’intérieur. L’un d’entre eux a alors sorti son arme et tiré sur le député provincial, qui se trouvait avec son épouse ».

« Nous nous posons des questions. On a déjà perdu un autre député provincial à Kinshasa il y a trois ans: il a été abattu par des hommes en armes alors qu’il était escorté par son garde du corps », a poursuivi Luhaka, qui faisait référence à Daniel Botethi, vice-président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

Aujourd’hui principal groupe d’opposition parlementaire, le MLC avait suspendu après l’assassinat sa participation aux travaux de l’Assemblée nationale, du Sénat et de l’Assemblée provinciale kinoise.

(Avec AFP)