Politique

Cameroun : trois hommes condamnés à cinq ans de prison pour homosexualité à Yaoundé

Mis à jour le 23 novembre 2011 à 16:43

Trois Camerounais ont été condamnés mercredi 23 novembre à Yaoundé sur la base d’un flagrant délit d’homosexualité sur la voie publique. Les peines sont particulièrement lourdes et la défense, qui a fait appel, dénonce un procès inique.

Le tribunal de première instance de Ekounou (Yaounde) a eu la main particulièrement lourde. Selon Me Michel Togué, trois de ses clients poursuivis pour homosexualité ont été condamnés mardi à cinq ans de prison ferme – la peine maximale – et au paiement de 200 000 F CFA (300 euros) d’amende.

Les trois Camerounais avaient été arrêtés en juillet. La police affirme les avoir surpris dans le quartier Essos, à Yaoundé, en flagrant délit de rapports sexuels à bord d’un véhicule. Deux des prévenus sont incarcérés depuis alors que le troisième avait bénéficié d’une mesure de liberté provisoire. Leur avocat a fait appel de leur condamnation, mais dénonce un procès où les droits de la défense n’ont pas été respectés.

Homophobie

Selon Me Togué, l’attitude et les commentaires du juge tout le long des audiences « laissaient transparaître son homophobie. (…) Lorsque le tribunal a rendu sa décision sur la culpabilité, la loi exige qu’il repasse la parole au ministère public pour requérir sur la peine, ce qui n’a pas été fait. La même loi stipule que le ministère public doit aussi se prononcer sur le passé pénal du prévenu, ce qui n’a pas été fait également », a-t-il ajouté.

Le tribunal « doit également donner la parole à la défense pour plaider les circonstances atténuantes, ce qui n’a pas été fait », a-t-il précisé. Le 26 août, quatre autres Camerounais ont été écroués après avoir été inculpés d’homosexualité présumée. Leur avocat est également Me Togué. L’instruction de leur affaire se poursuit, précise-t-il.

(Avec AFP)