Politique

Libye : Seif el-Islam menacé par la gangrène s’il n’est pas bien soigné

Mis à jour le 29 novembre 2011 à 09:42

Une semaine après avoir rendu visite à Seif el-Islam Kadhafi, détenu dans une prison de Zenten, le médecin urkrainien qui l’avait examiné lors de son arrestation s’est dit inquiet. Les blessures de Seif pourraient dégénérer en gangrène s’il ne bénéficiat pas d’un nouveau pansement, voire d’une amputation.

Le fils de l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, arrêté et emprisonné le 19 novembre ferait-il l’objet de mauvais traitements ? Seif el-Islam ne bénéficie sans doute pas de toute l’aide médicale que ses blessures à la main nécessitent : elles pourraient vite dégénérer en gangrène, selon le médecin ukrainien qui a examiné le prisonnier il y a une semaine.

« Ses blessures sont graves mais quand je les ai vues, elles n’étaient pas gangrenées. Elles peuvent le devenir si elles ne sont pas soignées », a estimé lundi 28 novembre le Dr Andreï Mourakhovsky, le même qui avait pansé la main droite du prisonnier au lendemain de son arrestation. Le médecin s’est dit inquiet de ne pas avoir été appelé pour effectuer un second bandage au prisonnier, plus d’une semaine après le premier.

« J’avais été appelé par le conseil militaire. J’ai nettoyé la blessure et j’ai fait un pansement. Maintenant, il faut refaire un nouveau pansement. Le chef du conseil militaire a dit qu’il allait m’appeler mais ils ne l’ont toujours pas fait », a-t-il expliqué.

Selon Ibrahim Turki, le coordinateur du Conseil national de transition (CNT) pour les affaires de santé à Zenten ( dans l’ouest), le Dr Mourakhovsky a été le seul médecin appelé pour soigner le prisonnier.

« L’inflammation des doigts ne risque pas de s’étendre à d’autres parties du corps, mais il faut soigner les blessures », a insisté le docteur.

Pas de commentaire de la Croix-Rouge

Seif el-Islam Kadhafi raconte avoir été blessé à la main lors d’une attaque de l’Otan, un mois avant son arrestation, a précisé le médecin. « L’index et le pouce ont des os fracturés et des tissus endommagés, et devront être amputés de leur partie supérieure. Le majeur est moins gravement touché », a-t-il encore indiqué. Les images diffusées après son arrestation montrait le fils Kadhafi avec trois doigts bandés à la main droite.

Le Croix-rouge, dont certains membres ont pu rencontrer Seif el-Islam le 22 novembre, n’a quant à elle émis aucun commentaire.

À 39 ans, Seif el-Islam était le fils du « Guide » pressenti à la succession de ce dernier. Bien qu’il ait fait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour son rôle dans la répression de la révolte devenue conflit armé qui a provoqué la chute puis la mort de son père, les autorités libyennes refusent de le livrer à la Cour pénale internationale, et souhaitent le juger en Libye.

Seif el-Islam est pour le moment retenu à Zenten, dans les montagnes au sud-ouest de Tripoli d’où étaient originaires les combattants qui l’ont arrêté, a déclaré Ibrahim Turki. « Il est détenu dans la ville, il ne représente pas un danger », a-t-il expliqué.

« Nous ne savons pas combien de temps il va rester ici. Les autorités vont décider ce qu’elles veulent faire de lui », a-t-il ajouté.

(Avec AFP)