Société

Mauritanie : arrestation de deux hommes soupçonnés du rapt d’Occidentaux en Algérie

Les autorités mauritaniennes ont procédé lundi à l’arrestation de deux hommes qu’elles accusent d’être à l’origine de la prise d’otage des trois occidentaux enlevés le 23 octobre dans un camp sahraoui en Algérie.

Mis à jour le 6 décembre 2011 à 09:33

Le palais présidentiel près de Tindouf, en Algérie. © Faget/AFP

La police mauritanienne a procédé à l’arrestation de deux hommes soupçonnés d’avoir pris en otage les trois occidentaux le 23 octobre dans un camp sahraoui en Algérie.

Ils ont été arrêtés lundi « dans leur hôtel, au cœur de la ville de Nouadhibou » (nord-ouest de la Mauritanie), a déclaré une source policière mauritanienne sous couvert d’anonymat.

Selon cette même source, l’un des deux hommes arrêtés serait « le principal auteur du rapt, Maminna Alaaguir Ahmed Baba, qui a directement pris d’assaut le camp », près de Tindouf (sud-ouest de l’Algérie) « et procédé » à l’enlèvement des trois Occidentaux. L’identité de son complice a également été révélée. Il s’agît d’Aghdafna Hamady Ahmed Baba. Né en 1979, il aurait donné « une aide précieuse au cours du rapt ».

Les trois coopérants – deux Espagnols (un et une femme) et une Italienne – ont été enlevés le 23 octobre à Hassi Rabuni, près de Tindouf (sud-ouest algérien), un secteur contrôlé par le Front Polisario.

"Acte terroriste"

L’attaque de ce camp qui abrite des camps de réfugiés sahraouis avait été attribuée par le Front polisario à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L’enlèvement des trois Européens est un « acte terroriste » contre le Polisario qui « continue de souffrir du terrorisme de l’État marocain », avait affirmé son président Mohamed Abdelaziz.

La branche maghrébine d’Al-Qaïda, qui dispose de bases dans le nord du Mali, n’a toutefois jamais revendiqué ces prises d’otages dans le camp de réfugiés sahraoui, d’après des sources informées à Nouakchott sur les activités d’Aqmi.

(Avec AFP)