Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle et législatives 2011 en RDC»

Voir tout le sommaire
Politique

RDC – Présidentielle : Kabila admet des « erreurs » qui ne nuisent pas à la « crédibilité » du scrutin

| Par Jeune Afrique
Des partisans du président sortant Joseph Kabila, le 10 décembre 2011 à Goma.

Des partisans du président sortant Joseph Kabila, le 10 décembre 2011 à Goma. © AFP

Lors d’une conférence de presse à Kinshasa, le président Joseph Kabila a reconnu que le scrutin présidentiel du 28 novembre n’avait pas été parfait « à 100% ». Mais selon lui, les « erreurs » qui se sont produites n’entachent pas sa victoire, annoncée vendredi par la Ceni selon des résultats provisoires.

Annoncé victorieux de la présidentielle par la Ceni vendredi dernier avec 48,95% des voix contre 32,33% pour l’opposant Étienne Tshisekedi, Joseph Kabila rejette les accusations de fraude étayées par la société civile congolaise et même par l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Monsengwo. « Y a-t-il eu des fautes, des erreurs ? Bien sûr, comme lors des autres élections sur le continent ou ailleurs. Mais cela jette-t-il un doute sur la crédibilité de ces élections ? Je ne pense pas », a-t-il déclaré lundi lors d’une conférence de presse.

« Nous avons voulu organiser des élections parfaites. Avons-nous atteint cette perfection ? Pas à 100%, je le reconnais parce que c’est un énorme défi, mais comparé aux élections de 2006, ces élections étaient bien meilleures », a-t-il ajouté.

Kamerhe veut saisir la CSJ

Interrogé sur les récentes déclarations du Centre Carter, dont les observateurs ont relevé de « graves irrégularités » lors du processus électoral – sans pour autant remettre en cause le résultat du scrutin -, Kabila a estimé que l’ONG « était allée au-delà de ce qu’on attendait d’elle. (…) Je n’ai pas lu le rapport mais on m’en a donné un résumé. Ce qu’on doit probablement noter est que la crédibilité de ces élections ne peut pas être mise en doute », a-t-il répété.

Étienne Tshisekedi a annoncé son refus de recourir à la Cour suprême de justice (CSJ) de RDC pour contester le résultat des élections. Mais l’opposant Vital Kamerhe, arrivé 3e de la présidentielle avec moins de 8% des suffrages et qui reconnu la victoire de Tshisekedi, devait saisir lundi la CSJ.

(Avec AFP)

 

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle et législatives 2011 en RDC»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte