Politique

RDC – Présidentielle : le rassemblement pour le serment d’Étienne Tshisekedi interdit

Par
Mis à jour le 23 décembre 2011 à 10:22

Les manifestations planifiées par l’opposition ce vendredi 23 décembre pour le serment d’Étienne Tshisekedi ont été interdites par les autorités de Kinshasa. Les abords du stade des Martyrs sont quadrillés par l’armée congolaise.

Le rassemblement prévu vendredi 23 décembre par l’opposition pour le serment d’Étienne Tshisekedi, qui s’est autoproclamé président de la République démocratique du Congo (RDC) après les résultats de l’élection présidentielle du 28 novembre, a été interdit par le pouvoir en place.

Le président réélu Joseph Kabila a été officiellement investi pour un second mandat après avoir prêté serment mardi 20 décembre. Pour une source proche du chef de la police congolaise, « il y a déjà un président élu qui a prêté serment. On ne peut pas prêter serment à nouveau, c’est un acte de subversion. On doit empêcher de poser cet acte contraire à la Constitution. » « Une manifestation pour cet acte serait un signe de déstabilisation du régime en place », a ajouté ce membre des services de sécurité.

Le stade des Martyrs bouclé par l’armée

L’accès au quartier général d’Étienne Tshisekedi, situé dans le quartier de Limete à Kinshasa, a été interdit aux journalistes. Et l’accès au grand stade de la capitale, l’enceinte des Martyrs qui compte près de 80 000 places et où Étienne Tshisekedi devait prêter serment, a été bouclé par l’armée.

Après les violences de ces dernières semaines, la situation était calme vendredi matin dans les rues de Kinshasa. Étienne Tshisekedi, arrivée en seconde position du scrutin présidentiel derrière Joseph Kabila, rejette les résultats de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), accusée de fraudes massives.