Culture

Abd Al Malik – Ben Arfa : soufisme, mensonges et tribunaux

| Par
Rien ne va plus entre Abd Al Malik (à g.) et Hatem Ben Arfa.

Rien ne va plus entre Abd Al Malik (à g.) et Hatem Ben Arfa. © DENIS CHARLET/AFP et LOUAFI LARBI/REUTERS

Rien ne va plus entre le rappeur Abd Al Malik et le footballeur Hatem Ben Arfa, qui se retrouveront bientôt sur les bancs d’un tribunal. Les raisons de la discorde entre les ex-amis ? Une interview accordée au quotidien sportif français « L’équipe », dans laquelle le footballeur accuse l’artiste et son agent d’avoir tenté de l’endoctriner au sein d’un groupe soufi au Maroc.

Il est loin le temps où, à l’occasion d’un portrait croisé, le slameur Abd Al Malik et le footballeur Hatem Ben Arfa se tressaient des lauriers. « C’est un grand sportif, quelqu’un de respectueux », disait le chanteur. « Spirituellement c’est un exemple, quelqu’un de profond, qui donne de l’émotion aux gens », ajoutait tout sourire le sportif.

"Mon ego m’a sauvé"

Mais depuis quelques jours, le ton est devenu beaucoup moins cordial, pour ne pas dire carrément procédurier entre les deux hommes. Abd Al Malik a décidé d’attaquer en diffamation le footballeur après que celui-ci l’a accusé d’avoir voulu l’enrôler dans une secte. Dans un entretien accordé à L’équipe et paru le 16 janvier, le milieu de terrain de Newcastle affirme qu’en 2007, le chanteur Abd Al Malik et son agent Fabien Coste ont cherché à l’endoctriner, alors même qu’il était fragilisé psychologiquement et donc vulnérable. « C’était un système comme dans une secte, avec un cheikh. C’était au Maroc, à Oujda. Quand je suis entré dans la salle de prières, ce maître, il fallait que je lui baise les pieds. C’était obligatoire. Mon ego m’a sauvé, je ne pouvais pas accepter ça » affirme Ben Arfa. La morgue bien connue de l’enfant terrible du football français lui aura au moins été d’une certaine utilité…

"Le soufisme prône le respect de l’autre"

De son côté, Abd Al malik se défend avec vigueur. Il s’étonne tout d’abord que Ben Arfa ait attendu 4 ans pour lancer cette bombe à son encontre. Le chanteur affirme ne pas avoir revu le footballeur depuis ce fameux voyage. Il récuse ensuite avec passion le terme de « secte ». Disciple de la Tariqa Boutchichiya, une confrérie soufiste dont il fréquente la zawiya près d’Oujda une dizaine de fois par an et  dont il est l’un des grands ambassadeurs à l’international, le slameur  n’accepte pas la version des faits de Ben Arfa. « Dire des choses comme ça d’un revers de main qui concernent une spiritualité qui touche des millions d’individus, de parler sans connaître la tradition spirituelle de l’islam, c’est gravissime. Le soufisme prône le respect de l’autre, la notion de l’amour. On est dans un pays de droit. Quand on parle de secte et d’endoctrinement, c’est gravissime. Embrasser les pieds, c’est un mensonge pur et simple » a-t-il affirmé au micro de RTL. La suite devant les tribunaux…

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte