Politique

Libye : l’attaque de Bani Walid n’est pas le fait de pro-Kadhafi, selon les autorités

| Par
Combats entre CNT et pro-Kaddafi à Bani Walid, en Libye, le 22 septembre 2011.

Combats entre CNT et pro-Kaddafi à Bani Walid, en Libye, le 22 septembre 2011. © Joseph Eid/AFP

L’information selon laquelle des combattants pro-Kadhafi avaient pris le contrôle de la ville de Bani Walid a été démentie par les autorités libyennes. Elles attribuent ces violences qui ont fait 5 morts et une trentaine de blessés à des « problèmes internes ».

La confusion entoure l’assaut mené lundi 23 janvier contre la ville de Bani Walid située à 170 km au sud-ouest de Tripoli. Des responsables locaux avaient affirmé lundi que des combattants fidèles au dirigeant libyen défunt Mouammar Kadhafi avaient pris le contrôle « de toute la ville ». Information démentie par le ministère libyen de l’Intérieur Faouzi Abdelali sur la chaîne de télévision Libya. « Les informations dont nous disposons disent qu’il y a des problèmes internes entre les habitants de cette ville, et c’est la raison de ce qui s’est passé », a-t-il affirmé.

Compensations et libération de prisonniers

« Les informations que nous avons en provenance de l’intérieur de la ville ne disent pas qu’il y a des drapeaux verts et il n’y a rien qui soit lié à l’ancien régime », a-t-il ajouté, évoquant un différend entre habitants au sujet des compensations destinées aux personnes affectées par la guerre.

Un commandant militaire de la ville a, quant à lui, indiqué que les violences étaient à attribuer au refus de la brigade du 28 mai de libérer deux membres de la tribu des Tlatem, qu’elle avait « enlevés » quelques jours auparavant, alors qu’elle s’était engagée à le faire lundi.

« C’est alors qu’il y a eu des affrontements. Les gens encerclés dans la base ont peut-être dit qu’il s’agissait de pro-Kadhafi pour obtenir des renforts du reste des thowars » (ex-rebelles), a-t-il dit.

5 morts

« Les partisans de Kadhafi contrôlent toute la ville de Bani Walid », a pourtant affirmé lundi, M’Barek al-Fotmani un responsable local, qui se trouvait dans une base d’anciens rebelles encerclée par les pro-Kadhafi. « Cinq thowars (révolutionnaires), dont le commandant de la brigade attaquée (…), ont été tués dans l’assaut et une trentaine ont été blessés », a-t-il indiqué.

« La brigade du 28 mai, la plus importante à Bani Walid et la seule qui dépende du ministère de la Défense, est encerclée par des fidèles de Kadhafi brandissant des drapeaux verts et est visée par toutes sortes de tirs », a-t-il dit. « Les assaillants crient « Allah, Mouammar, la Libye et c’est tout ! ». La veille, ils avaient distribué des tracts disant : « Nous reviendrons bientôt, nous allons mettre les rats dehors », a poursuivi le responsable local.

Selon un membre du Conseil national de transition (CNT), des forces de l’armée ont reçu l’ordre de se rendre sur place.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte