Politique

Cameroun : ces tensions qui minent l’empire Fotso

Yves-Michel Fotso, arrêté en 2010 au Cameroun, attend toujours son procès.

Yves-Michel Fotso, arrêté en 2010 au Cameroun, attend toujours son procès. © AFP

Dans son numéro 2664 en kiosques du 29 janvier au 4 février, Jeune Afrique enquête sur le conflit familial qui menace de déstabiliser le Groupe Fotso, un conglomérat emblématique du capitalisme familial camerounais.

Le torchon brûle entre Victor Fotso et son fils Yves-Michel. L’un est le président fondateur, l’autre est l’héritier et, jusqu’à décembre dernier, trônait comme vice-président de l’empire Fotso, un groupe industriel qui s’est diversifié dans les services, la finance et l’agro alimentaire, revendiquant 500 milliards de Franc CFA de chiffre d’affaires …

Le patriarche de 86 ans et son fils de 51 ans se sont brouillés depuis que celui-ci, devenu patron exécutif du groupe familial à partir de 1999, a été arrêté en décembre 2010 et incarcéré à la prison centrale de Yaoundé. Il attend encore l’ouverture de son procès portant sur des soupçons de détournements d’argent public destiné à l’achat (avorté) d’un Boeing présidentiel. Poussé vers la sortie, il s’est récemment désengagé de la direction.

 lire aussi dans J.A. n° 2664

MarocAlgérie : et s’ils s’entendaient ?

La visite à Alger du chef de la diplomatie marocaine, Saadeddine El Othmani, est de nature à relancer les relations entre les deux pays. Néanmoins, le Sahara et la frontière fermée depuis 1994 constituent toujours deux points de blocage. Dommage car, économiquement, cette situation est un incroyable gâchis. Quelles perspectives ?

François Bozizé : « Il suffirait d’un rien pour que la Centrafrique renaisse »

À la tête d’un pays pauvre et fragile auquel les bailleurs de fonds ont coupé le robinet de l’aide depuis un an, le chef de l’État veut avant tout compter sur ses propres forces. Sa solution : « le travail, rien que le travail ». Encore faut-il que ses compatriotes, épuisés par deux décennies de sacrifices, le suivent… Interview.

Dégringolade pour Fotso

Alors que le chiffre d’affaire des entreprises du groupe a fondu à cause la concurrence déloyale des produits asiatiques moins chers et de la contrebande, les activités financières ont elles aussi enregistré des pertes d’importantes : la Commercial Bank Cameroun (CBC), qui en était devenu le vaisseau amiral, a été placée en 2009 sous administration provisoire. L’agrément de la Société financière africaine (SFA), a été retiré.

L’avenir du groupe est-il menacé ? Qu’adviendra-t-il d’Yves-Michel Fotso, poursuivi par la justice et, dans le même temps, voué aux gémonies par sa famille, qui lui reproche la financiarisation du groupe, des erreurs de gestion, des orientations stratégiques hasardeuses… Quid du complot dont il se dit la victime, mêlant intrigues politiques, guerre de positionnement et vieilles rancunes familiales ?

___

"Cameroun : l’empire Fotso se déchire", une enquête à lire dans Jeune Afrique n°2664, en kiosques du 29 janvier au 4 février 2012.

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte