Politique

Candidature d’Abdoulaye Wade : comme la rue, la presse sénégalaise s’enflamme

Abdoulaye Wade : "Arrêtons les manifestations d'humeur qui ne conduisent à rien." © AFP

La validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, l'invalidation de celle de Youssou Ndour, ainsi que les émeutes dans plusieurs villes du Sénégal et la mort d'un policier à Dakar s'étalaient à la Une des journaux sénégalais samedi matin. Revue de presse.

Toute la presse sénégalaise fait ses gros titres sur le sujet : « Un policier tué à Colobane » (Walfadjiri), « 14 admis et… 3 recalés » (Direct Info)… Samedi matin, il était impossible de passer à côté des événements de la veille et de la nuit. Hormis le journal gouvernemental Le Soleil qui se contente d’un laconique « Le M23 conteste la décision », la douzaine de quotidiens sénégalais ont même retardé leurs rotatives pour faire leurs Unes sur les émeutes provoquées par l’annonce du Conseil constitutionnel sur la validité de la candidature du président Abdoulaye Wade.

Une décision rendue « à 21 heures 25 », précise même L’Obs, qui titre « Le Sénégal est chaos ». L’invalidité de trois candidatures, dont celle du chanteur Youssou Ndour, est mise en perspective avec l’évocation des recours déposés contre les invalidités prononcées lors des deux dernières élections (2000 et 2007). Verdict : tous ont été déclarés irrecevables. Mauvais signe pour « You », qui a décidé de faire appel…

« Feu sur Dakar » : L’As reprend une mosaïque de photos des émeutes et fait le tour des quartiers qui se sont embrasés à Dakar et dans sa banlieue : Fass, Point E, Allées des Ambassades, Université Cheick Anta Diop, Médina, Rebeuss… Même idée chez Le Pop, qui, lui, s’attarde sur les autres villes touchées par les violences : Thiès, Kaolack, Fatick, Diourbel…

"Wade brûle le Sénégal"

La part belle est donnée au photo-montage, parfois grossier – par exemple un pneu qui brûle devant une foule ou les visages des candidats sont collés au premier plan – pour illustrer les heurts de la nuit passée. Avec un titre sans ambiguïté pour Le Quotidien : « Wade brûle le Sénégal » et réalise un « putsh constitutionnel ». Le journal consacre en outre un dossier à la Casamance, et rappelle les promesses des candidats : tous promettent de ramener la paix s’ils sont élus… mais aucun n’a vraiment d’idées, si ce n’est le maire de Saint-Louis (candidat à la présidence), qui promet d’investir « 500 milliards de FCFA sur 5 ans dans la région ».

Sud Quotidien fait quant à lui le tour des réactions politiques, y compris celle de Wade : « Arrêtons les manifestations d’humeur qui ne conduisent à rien », tente de relativiser ce dernier. Enfin, la polémique suscitée par les déclarations de Wade sur la rédaction de la Constitution occupe Walfadjiri. Alors que Gorgui (le vieux en Wolof) indiquait l’avoir rédigée « tout seul », le journal rappelle que le chef de l’État avait en réalité mis en place une commission de rédaction en 2001, « son décret de création porte [la] signature » du chef de l’État, précise le quotidien.

___________

Par Michael Pauron, envoyé spécial à Dakar

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte