Politique

Libye : Aïcha Kadhafi veut transmettre des informations à la CPI

Mis à jour le 1 février 2012 à 12:25

Aïcha Kadhafi, fille de Mouammar Kadhafi, souhaite transmettre des informations à la Cour pénale internationale (CPI) afin de « protéger les intérêts de son frère » Seif el-Islam, que les autorités libyennes veulent juger en Libye.

Toujours en exil en Algérie, Aïcha Kadhafi a demandé à la Cour pénale internationale (CPI) la permission, « à titre exceptionnel », de transmettre des informations afin de « protéger les intérêts de son frère » Seif el-Islam, dont on ne sait toujours pas s’il sera jugé par les autorités libyennes ou par la CPI. Une demande faite en tant qu’ « amicus curiae » (ami de la cour, NDLR), selon un document rédigé par son avocat Nick Kaufman et transmis à la CPI, qui l’a ensuite rendu public mardi 31 janvier.

La fille du défunt Mouammar Kadhafi estime que « ces informations (…) aideront la chambre préliminaire à déterminer la marche à suivre appropriée » et à « déterminer si les autorités libyennes désirent vraiment fournir à Seif el-Islam une représentation légale efficace ou lui accorder un procès équitable », indique ce document.

"La primauté est au système national"

Toujours détenu en Libye dans une résidence surveillée de la ville de Zintan, Seif al-Islam est soupçonné par la CPI de crimes contre l’humanité commis depuis le 15 février 2011 au moment de la répression de la révolte populaire en Libye. Les autorités libyennes ont affirmé leur intention de le juger sur leur territoire, dans une lettre publiée le 24 novembre 2011.  « La primauté est au système national. S’ils (les Libyens, NDLR) veulent (juger Seif el-Islam, NDLR), nous ne sommes pas en compétition avec eux. Nous le ferons quand ils ne sont pas en mesure de le faire », a déclaré le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo à Tripoli, mercredi 23 novembre 2011.

La cour avait ensuite démenti, le 23 janvier, avoir pris une décision sur l’organisation d’un procès de Seif al-Islam Kadhafi en Libye devant un tribunal libyen, contrairement à ce qu’avait annoncé le ministre libyen de la Justice.

(Avec AFP)