Politique

Nigeria : le porte-parole présumé de Boko Haram, « Abu Qaqa » aurait été arrêté

Mis à jour le 2 février 2012 à 13:10

Plusieurs responsables de la police nigériane ont affirmé mercredi 1er février que le porte-parole présumé de la secte islamique Boko Haram, connu sous le surnom de « Abu Qaqa », aurait été arrêté.  

L’information, si elle était confirmée, serait un grand succès pour les autorités nigérianes. Le porte-parole présumé de la secte islamique Boko Haram, plus connu sous le surnom de « Abu Qaqa » aurait été arrêté, a indiqué mercredi 1er février sous couvert de l’anonymat un responsable des services de renseignement de la police. « Il a été localisé grâce à des équipements de pointe dans ce domaine. Il est maintenant en garde à vue, en train d’être interrogé », a précisé cette source.

Un haut responsable de la police a confirmé avoir « reçu (cette) information ». Plus prudent une troisième source sécuritaire a souligné que les policiers « voulaient être sûrs qu’il s’agit vraiment du porte-parole de Boko Haram. Ils cherchent encore à confirmer cela ». La porte-parole des services de renseignement de la police Marilyn Ogar n’a quant à elle pas pu confirmer dans l’immédiat cette arrestation.

Rejet du dialogue

Se présentant comme le porte-parole de Boko Haram, « Abu Qaqa » a, lors de conférences de presse tenus par téléphone depuis la ville de Maiduguri (nord-est), le fief du mouvement islamiste, revendiqué de nombreuses attaques de la secte au Nigeria. Dans l’une d’elles, samedi, il avait notamment rejeté la proposition de dialogue lancée par le président Goodluck Jonathan.

Un certain flou entoure encore les conditions de son arrestation. Selon une première version, il aurait été arrêté dans la ville de Kaduna (nord) tôt mercredi. D’autres sources ont assuré au contraire que son interpellation avait eu lieu à Maiduguri mardi.

En novembre, les autorités nigérianes avaient déjà annoncé l’interpellation d’un autre porte-parole présumé de la secte nommé Ali Sanda Umar Konduga, connu sous le nom d’Usman al-Zawahiri. Il était moins connu qu’Abu Qaqa.

(Avec AFP)