Politique

Côte d’Ivoire – Gabon : pourquoi Alassane Ouattara rend visite à Ali Bongo Ondimba

Alassane Ouattara et Ali Bongo Ondimba à Addis Abeba, le 28 janvier 2012.

Alassane Ouattara et Ali Bongo Ondimba à Addis Abeba, le 28 janvier 2012. © Aristide/Présidence ivoirienne

Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara effectue du 11 au 12 février sa première visite officielle à Libreville, au Gabon. Joignant l’utile à l’agréable, il assistera à la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012 entre la Zambie et la Côte d’Ivoire.

Le séjour de 48 heures du président ivoirien Alassane Ouattara au Gabon, du 11 au 12 février, va d’abord lui permettre de remercier son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui l’a soutenu pendant la grave crise postélectorale ivoirienne de novembre 2010 – avril 2011.

« Cette visite est importante car le 30 mars 2011, le Gabon, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, avait soutenu Ouattara en votant  la résolution 1975 qui donnait carte blanche à une intervention militaire pour faire partir Laurent Gbagbo, et éviter une guerre civile. C’est donc un devoir pour le président Ouattara de se rendre à Libreville », explique une source proche de la présidence ivoirienne.

Dès le 27 avril, la secrétaire générale de la présidence gabonaise Laure Gondjout avait été la première personnalité de haut rang à se rendre à Abidjan pour rencontrer Alassane Ouattara, encore retranché à l’hôtel du Golf après la chute de Laurent Gbagbo. Mais les liens étroits entre le président ivoirien et les Bongo sont encore plus anciens que cela.

Ouattara accueilli à Libreville en 2002

En septembre 2002, au lendemain de l’éclatement de la rébellion armée contre le régime de Gbagbo, Alassane Ouattara avait échappé de justesse à une tentative d’assassinat et avait été accueilli à Libreville par le président Omar Bongo. Et c’est notamment au Gabon que la fondation créée par Alassane Ouattara après sa retraite du FMI, l’Institut pour l’Afrique (IA), a été très actif pour des projets de développement.

Alexandre Barro Chambrier, l’actuel ministre des Mines du gouvernement gabonais a lui-même travaillé au sein de l’IA. Dans les années Houphouët Boigny (1960-1993) puis sous Henri Konan Bédié (93-2000), les relations ivoiro-gabonaises ont toujours été au beau fixe. Mais l’amitié avait cédé la place à une période plus tumultueuse sous l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, après qu’il a traité Omar Bongo de « rigolo », en raison du soutien avéré de ce dernier à Ouattara. Une insulte qu’Ali n’a sans doute jamais oubliée…

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte