Politique

Gabon : le Premier ministre Paul Biyoghe Mba démissionne

| Par
Paul Biyoghe Mba n’est pas sur d’être reconduit au poste de Premier ministre.

Paul Biyoghe Mba n'est pas sur d'être reconduit au poste de Premier ministre. © AFP

Le Premier ministre du Gabon Paul Biyoghe Mba a donné sa démission au président Ali Bongo Ondimba lundi 13 février, suite à la validation des résultats des législatives par la Cour constitutionnelle. Si beaucoup d’observateurs estiment qu’il sera reconduit, d’autres noms circulent pour lui succéder à la primature.

Ainsi que l’exigeait la constitution, le Premier ministre gabonais Paul Biyoghe Mba a remis sa démission lundi 13 février au chef de l’État. « La Cour (constitutionnelle) a proclamé les (résultats des) législatives du 17 décembre et conformément aux dispositions de la Constitution les fonctions du gouvernement cessent à partir de la proclamation de ces résultats », s’est-il expliqué dès la sortie de son audience avec le président Ali Bongo Ondimba.

Après des semaines d’attente, le Conseil constitutionnel a validé la victoire écrasante du parti présidentiel aux élections législatives, qui obtient 100 sièges sur 120. Les résultats de six circonscriptions, invalidés par le Conseil, restent encore inconnus.

Quant au Premier ministre sortant, en poste depuis 2009, les observateurs s’interrogent sur son éventuelle reconduction. Fort des résultats du scrutin législatif, mais aussi du succès de la CAN 2012, organisée conjointement par le Gabon et la Guinée Équatoriale, Paul Biyoghe Mba a des chances de conserver la primature. Lundi, il a profité de l’annonce de sa démission pour défendre son mandat, et celui du président.

« Pays émergent »

« On ne peut pas tout faire en un jour, On ne peut faire en un jour ce qui a été conçu pour être réalisé en 7 ans (durée du mandat présidentiel d’Ali Bongo) », a-t-il clamé.

« Je pense en toute honnêteté que ce programme de l’émergence est en train d’être mis en œuvre de manière profonde de manière positive, comme le souhaite le chef de l’Etat (pour que) à l’horizon 2025 notre pays soit un pays émergent. Nous en avons les moyens, nous en avons les capacités. Nous en avons la volonté, la conviction », a poursuivi le Premier ministre.

Pour autant, Paul Biyoghe Mba risque d’être en concurrence avec d’autres hommes forts, dont les noms circulent pour lui succéder. Dans les couloirs du Palais présidentiel et des ministères, on parle notamment de Leon Nzouba, l’actuel ministre de l’Equipement, de Julien Nkoghe Bekalé, le ministre des Transports ou encore de Magloire Ngambia, le ministre de l’Économie. Trois hommes qui pourraient accéder à la primature, si Ali Bongo Ondimba ne décide pas par ailleurs de nommer un « homme neuf », ainsi que l’envisagent certains observateurs.

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte