Politique

Afrique du Sud – Twitter : Julius Malema ne gazouille plus

| Par
Julius Malema a cessé son activité sur Twitter pour préserver sa crédibilité auprès de l’ANC.

Julius Malema a cessé son activité sur Twitter pour préserver sa crédibilité auprès de l'ANC. © AFP

Il possède l’un des comptes Twitter les plus suivis d’Afrique et a pourtant cessé de gazouiller. Julius Malema, le controversé leader de la ligue de jeunesse de l’ANC (parti au pouvoir en Afrique du Sud), estime que son activité sur les réseaux sociaux pourrait être utilisée contre lui pour confirmer sa mise à l’écart du parti.

Cela va faire un vide dans les fils Twitter africains. Le Sud-Africain Julius Malema, l’une des personnalités politiques les plus assidues du "gazouillis", 137 383 abonnés au compteur, a décidé de se taire. « Ce compte joue maintenant contre moi dans le cadre de mon appel contre la décision de suspension de l’ANC », explique-t-il. Depuis novembre, le leader de la ligue de jeunesse de l’ANC est en effet en conflit ouvert avec le parti, qui l’a reconnu coupable en appel le 4 février 2012 d’atteinte à l’image et à la cohésion du mouvement.

Alors qu’il a encore jusqu’au 18 février pour obtenir, dans un ultime recours, une réduction des cinq ans de suspension dont il a écopé, son avocat lui aurait tout simplement conseillé de cesser son activité sur Twitter, sous prétexte qu’elle pourrait entacher son image. D’autant plus qu’un nombre important de faux comptes ont été ouverts à son nom. Julius Malema quitte donc son clavier par prudence, mais sans se priver de faire une comparaison hardie : « Une fille que vous n’avez jamais rencontrée court dire aux flics que vous l’avez violée ? C’est ce qui m’est arrivé. Cela entame ma crédibilité. »

Subtil Malema 

Mais la crédibilité de l’ex-leader de la Ligue des Jeunes de l’ANC avait déjà été fortement entachée à plusieurs reprises par sa faute, notamment lors de sorties médiatiques racistes contre les Blancs qui lui ont valu une condamnation pour « incitation à la haine raciale ».

Vu la personnalité pour le moins controversée de Malema, il n’est donc pas étonnant que, sur Twitter, celui-ci n’ait pas toujours fait dans la subtilité. Dernièrement, c’est à propos de la mort de la chanteuse africaine-américaine Whitney Houston qu’il s’est montré particulièrement inspiré : « Bien sûr les Noirs ne savent pas nager mais se noyer dans une baignoire ?! Tu devais être droguée pour y arriver. » Ou encore : « Apparemment, si tu sniffes les cendres de Whitney Houston, tu peux toujours être drogué grâce à toutes les substances qu’elle a prises. » Un problème de crédibilité ? Peut-être. De goût ? C’est sûr.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer