Politique

France : Nicolas Sarkozy dément avoir été financé par la Libye en 2007

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kaddafi, le 10 mars 2007 à Paris.

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kaddafi, le 10 mars 2007 à Paris. © AFP

Interrogé lors d'un débat télévisé le 12 mars, le président français a qualifié de "grotesques" les nouvelles révélations du site français d’information Mediapart évoquant un éventuel financement de sa campagne de 2007 par l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

Interrogé lundi 12 mars, lors d’un débat télévisé, sur les révélations du site d’information Mediapart, le président français Nicolas Sarkozy a vivement démenti lundi avoir été financé par l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi lors de la campagne électorale 2007. « S’il l’avait financée, je n’aurais pas été très reconnaissant… » a ironisé hier soir le président sortant sur la chaîne française TF1 avant de qualifier cette affaire de « grotesque ».

Selon le site d’information, qui a dévoilé le 12 mars un document en lien avec le dossier de l’affaire Takieddine, le chef de l’État aurait reçu un soutien financier de la famille Kadhafi à hauteur de 50 millions d’euros lors de sa campagne pour l’élection présidentielle 2007. Ce que le fils de Mouammar Kadhafi, Seif el-Islam, évoquait déjà en mars 2011 dans un entretien à la télévision (euronews).

C’est avant tout aux accusations du fils de l’ancien « guide » libyen que le président français a répondu lundi. « Quand on cite M. Kadhafi, qui est mort, ou son fils qui a du sang sur les mains […] franchement, je pense qu’on est assez bas dans le débat politique. M. Kadhafi, qui est connu pour dire n’importe quoi, avait même dit qu’il y avait des chèques ! Eh bien que son fils les produise! » a-t-il enchaîné avant de s’en prendre à la journaliste française l’interrogeant sur le sujet : « Je suis désolé pour vous que vous soyez la porte-parole du fils de Kadhafi, franchement, je vous ai connue dans un meilleur rôle ».

"Affabulations"

Le document publié par Mediapart aurait été rédigé par l’enquêteur privé Jean-Charles Brisard à partir de confessions recueillies le 20 décembre 2006 à Genève auprès de l’ancien médecin de Ziad Takieddine (personnage-clé de l’enquête sur le volet financier de l’affaire Karachi, NDLR). Selon le site d’information, ce dernier aurait mis en place les modalités du financement de la campagne de 2007. Modalités qui ont été ensuite débattues lors d’entretiens entre l’homme d’affaires franco-libanais et le fils de Mouammar Kadhafi, Seif el-islam.

Contacté par l’AFP, Jean-Charles Brisard, désormais dirigeant d’une société privée de renseignement, n’a pas souhaité réagir à ces informations. « Je conteste tout ce qui a été écrit sur le site de Mediapart. On me dénigre sans apporter la moindre preuve », a, de son côté, réagi Ziad Takieddine dans un entretien accordé à la chaîne France 24 lundi 12 mars. Pour l’homme d’affaires et marchand d’armes libanais, il s’agit « d’affabulations ». Le site français, estime-t-il, « s’est basé sur des témoignages de gens contestables ».

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte