Politique

Sénégal : Abdoulaye Wade répond aux femmes casamançaises

Le président sénégalais Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar.

Le président sénégalais Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar. © AFP

En visite en Casamance, le chef d’État et candidat à la présidentielle sénégalaise, Abdoulaye Wade, a été interpellé par une association de femmes. Elles souhaitaient recueillir les propositions du président sur la résolution du conflit et la construction de la paix dans cette région en proie à de violents et récurrents conflits.

En campagne pour le second tour de la présidentielle du 25 mars 2012, le président sénégalais Abdoulaye Wade a du répondre à un parterre de femmes de Casamance, venues interpeller le chef d’État.

Devant le gouvernement de région, quelques 300 militantes de « la plate-forme des femmes pour la paix en Casamance » attendaient le président, qui avait pris la tête d’une marche organisée par ses partisans entre l’aéroport de Ziguinchor et le centre-ville.

Ndeye Marie Thiam, une dirigeante du mouvement, a interpellé le président sortant sur la question de la « paix définitive » en Casamance. Elle lui a demandé comment il comptait « soutenir les populations désemparées » et  s’il était « ouvert à des négociations » avec la rébellion.

La Casamance, le "premier souci"

En réponse, le chef d’État a assuré que la paix dans la région était son « premier souci ». Mais, a-t-il dit, « je ne peux pas parler ici de ce que je discute avec le maquis (rébellion). Les grands chefs du maquis, je les connais, nous discutons par intermédiaires » interposés.

Ndeye Marie Thiam a également demandé au président quelle place il comptait accorder aux voisins gambiens et guinéens dans la résolution de ce conflit. Si Abdoulaye Wade n’est pas opposé à une association avec ses pays, il a tout de même tenu à ajouter « qu’il y a la main de l’étranger dans cette affaire de la Casamance ».

Les propos du président Wade interviennent au lendemain d’une nouvelle attaque dans la région, lors de laquelle trois soldats de l’armée sénégalaise ont trouvé la mort.

(Avec AFP)
 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte