Politique

Syrie : dans l’intimité de Bachar al-Assad

Quelque 3 000 e-mails présentés comme émanant des messageries du président syrien Bachar al-Assad et de sa femme ont été transmis par un opposant syrien au journal britannique « The Guardian ». Qui les a publiés dans son édition du mercredi 14 mars.

Mis à jour le 15 mars 2012 à 13:43

Conseils de l’Iran pour la répression du soulèvement syrien, offre d’exil proposée par le Qatar au couple présidentiel des Assad, train de vie luxueux… Tous ces sujets sont abordés dans les mails présentés comme écrits ou reçus par Bachar al-Assad et sa femme Asma, que le site du quotidien britannique The Guardian a publiés mercredi 14 mars.

Selon le quotidien, ces mails, au nombre d’environ 3000, sont issus des boîtes mail du couple, am@alshahba.com et ak@alshahba.com. Ils ont été piratés par une « source dans l’opposition syrienne » entre les mois de juin 2011 et février 2012. L’opposition syrienne précise que l’auteur de la fuite travaille au ministère de l’intérieur à Damas, et qu’il aurait remis les adresses ainsi que leurs mots de passe aux opposants sur une simple feuille de papier.

Le Guardian dit avoir fait le maximum pour s’assurer de l’authenticité des emails, notamment en contactant une dizaine de personnes dont la correspondance apparaissait dans le document. « Ces vérifications nous laissent penser que ces messages sont authentiques », mais « il est impossible d’écarter totalement la possibilité de faux », précise le journal britannique.

Dans un de ces messages, présenté comme émanant de Mayassa al-Thani, fille de l’émir du Qatar, il est suggéré au couple présidentielle de quitter la Syrie. « Je pense honnêtement que c’est un bon moment pour partir et recommencer une vie normale. Je suis sûre que vous avez beaucoup d’endroits où aller, notamment Doha », est-il écrit dans ce message censé être adressé à Asma al-Assad.

Les conseils de l’Iran

On savait l’Iran proche du régime syrien, les révélations du Guardian le confirment. D’après un des courriels présentés, le président syrien aurait ainsi reçu des conseils du « conseiller politique de l’ambassadeur iranien ». Dans ce message écrit avant un discours de Bachar al-Assad en décembre 2011, un homme présenté comme son conseiller en communication suggère au président syrien d’utiliser dans son intervention un « langage puissant et violent », de montrer qu’il apprécie le soutien des « pays amis » et estime que le régime devrait « divulguer davantage d’informations concernant (ses) capacités militaires » pour décourager les opposants.

Un autre message, censé émaner de Khaled al-Ahmed, présenté comme un autre conseiller de Bachar al-Assad pour les opérations dans les villes rebelles de Homs et Idleb, incite aussi le président à « renforcer sa politique sécuritaire pour restaurer le contrôle et l’autorité de l’État ». Des journalistes européens « sont entrés dans la zone en traversant la frontière libanaise illégalement », avertit même le conseiller.

Parmi les mails publiés par le Guardian figurent aussi des conversations entre Bachar al-Assad et sa femme. Dans l’un deux daté de juillet dernier, le président syrien semble tourner en dérision ses promesses d’ouverture politique en évoquant des « lois de pacotille sur les partis, les élections, la presse… ». « Si nous sommes forts ensemble, nous triompherons de cela ensemble », écrit Asma à son mari dans un autre daté de décembre 2011. Un dernier courriel évoque enfin l’achat sur internet par la Première dame de chandeliers, de bougies et de tables pour plusieurs milliers de dollars.

(Avec Agences)