Politique

Le groupe salafiste Ansar dine affirme contrôler le nord-est du Mali

Des soldats maliens, le 23 mai 2006 au Mali. © Kambou Sia/AFP Archives

Ansar dine, le groupe salafiste dirigé par Iyad Ag Ghali, une figure emblématique des rébellions touarègues de 1991 et 2006, prétend contrôler le nord-est du Mali.

Dirigé par Iyad Ag Ghali, une figure emblématique des rébellions touarègues de 1991 et 2006, le groupe salafiste Ansar dine revendique seulement 300 combattants. Engagé aujourd’hui contre l’armée malienne aux côtés d’une nouvelle rébellion touarègue, le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), il multiplie les opérations de communication. La dernière d’entre elles ? Mardi 19 mars, Ansar dine a affirmé dans un communiqué contrôler tout le nord-est du Mali.

« Grâce à Dieu, nous avons sous notre contrôle, l’Adrar des Iforas (nord-est). Nos soldats de Dieu occupent et contrôlent Tinzawaten, Tessalit, Aguelhok, et nous aurons bientôt d’autres victoires », indique le communiqué. « Quiconque n’est pas d’accord avec nous doit quitter nos terres », ajoute le mouvement djihadiste, affirmant qu’il va « bientôt libérer au moins 110 prisonniers civils et militaires arrêtés dans tout le nord du Mali ».

Aux côtés du MNLA à Aguelhok

« Nous avons appelé nos frères du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) pour venir chercher les prisonniers. Ils sont en route », explique Ansar dine. Un haut responsable du HCIM a confirmé à l’AFP avoir reçu un message du groupe, mais sans en préciser la teneur.

Le groupe salafiste a publié le 11 mars une vidéo de propagande dans laquelle on découvre des scènes de prières alternant avec des images de l’assaut lancé le 24 janvier dernier sur le camp militaire d’Aguelhok, au Nord-Mali. Dans ce document, le mouvement ne présente pas vraiment de revendications indépendantistes, contrairement au MNLA aux côtés duquel il a combattu lors de la prise du camp.

« Nous avons le même objectif, lutter contre le gouvernement de Bamako », assure un responsable du MNLA dans le nord du Mali. Le MNLA veut « une République, mais aujourd’hui, les autres (Ansar dine) veulent la charia. On n’est pas d’accord et si c’est comme ça, chacun prendra sa route ».

(Avec AFP)

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte