Politique

Mali – Mary B. Leonard : « Amadou Toumani Touré ne s’est jamais réfugié à l’ambassade américaine »

Mary B. Leonard : "Les États-Unis soutiennent l'intégrité territoriale du Mali." © State Dept. Photo

Alors que certains médias ont fait état de la présence du président malien Amadou Toumani Touré (ATT) à l'ambassade américaine après son renversement par des militaires mutins, la chef de la diplomatie américaine au Mali, Mary Beth Leonard, dément fermement cette rumeur. Tout en condamnant le coup d'État.

Jeune Afrique : Avez-vous été surprise par le coup d’État du 21 mars ?

Mary Beth Leonard : J’ai été plus déçue que surprise. Nous condamnons fermement ce coup d’État. Aujourd’hui, on ne prend plus le pouvoir par les armes. Ce sont des méthodes du siècle dernier, pas du 21e siècle ! C’est pourquoi, en dehors de l’aide humanitaire, les États-Unis ont suspendu leur aide au Mali. Nous réclamons le retour à l’ordre constitutionnel et nous disons aux putschistes que c’est dans l’intérêt des militaires eux-mêmes, car ce putsch les détourne de leur mission dans le nord du pays. Aujourd’hui, la ville de Kidal est même menacée par les rebelles !

Avez-vous des nouvelles du président Amadou Toumani Touré ?

Avec ce coup d’État, les militaires maliens desservent leurs propres intérêts.

De plusieurs sources, nous savons qu’il est sain et sauf, mais je ne sais pas où il se trouve à l’heure actuelle. S’il était entre les mains du capitaine Sanogo [le chef des putschistes], je pense que celui-ci aurait intérêt à le faire savoir. Donc, je suppose que ce n’est pas le cas. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’il ne s’est jamais réfugié à l’ambassade américaine, contrairement à ce qui a été dit et écrit. En mon absence – j’étais à Washington au moment du coup d’État –, mon chargé d’affaires à Bamako a téléphoné au capitaine Sanogo pour lui dire que les États-Unis sont très attentifs à la façon dont sont traitées les personnalités politiques arrêtées par les militaires.

Les rebelles touaregs peuvent-ils arracher l’indépendance du Nord-Mali ?

Les États-Unis soutiennent l’intégrité territoriale du Mali. Mais pour sauvegarder cette intégrité, l’armée malienne doit être bien équipée. Or, avec ce coup d’État, les militaires maliens desservent leurs propres intérêts.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte