Politique

Tunisie : le gouvernement interdit les manifestations sur l’avenue Bourguiba de Tunis

| Par Jeune Afrique
Manifestation avenue Bourguiba, le 14 janvier 2012 à Tunis.

Manifestation avenue Bourguiba, le 14 janvier 2012 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Les manifestations sont désormais interdites sur l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, symbole de la contestation depuis la chute de Ben Ali. Les autorités évoquent « des plaintes de commerçants et de citoyens ».

Le ministère de l’intérieur tunisien l’a annoncé mercredi soir, dans un communiqué : « suite à des plaintes de commerçants et de citoyens, le ministère (…) a décidé d’interdire l’organisation de manifestations et de tout autre moyen d’expression collectif à partir de ce jour » sur l’avenue Bourguiba de Tunis.

Le communiqué rappelle par ailleurs l’obligation pour les organisateurs de manifestation d’en aviser le ministère « au moins 72 heures à l’avance », afin que « les mesures de sécurité adéquates soient prises pour protéger l’ordre public et les citoyens. »

Incidents

Les grandes manifestations de Tunis sont généralement organisées sur l’avenue Bourguiba, devenue le symbole de la contestation populaire depuis la chute de Ben Ali.

La dernière manifestation en date, organisée dimanche par des islamistes pour réclamer l’inscription de la charia dans la Constitution a été émaillée d’incidents. Un groupe de salafistes s’en est aussi pris à des comédiens qui avaient organisé un rassemblement devant le théâtre municipal de Tunis, situé sur l’avenue Bourguiba, pour fêter la journée mondiale du théâtre.

Plusieurs associations, dont la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), ont critiqué le ministère de l’intérieur pour avoir autorisé les deux manifestations au même moment.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte