Politique

Mali : violents heurts entre pro et anti-putschistes à Bamako

Un rassemblement pro-junte a empêché la délégation de la Cedeao d'attérir à Bamako. © AFP

Au moment où était attendue une délégation de la Cedeao à Bamako, des violences ont éclaté dans la capitale malienne entre opposants et partisans de la junte au pouvoir depuis le coup d'État du 22 mars. On comptre trois blessés graves.

Depuis le coup d’État du 22 mars, ce sont les premiers affrontements entre Maliens dans la capitale malienne. Ils ont eu lieu à la bourse du travail, devenue le QG du front anti-junte. « Nous étions en meeting quand des jeunes de moins de 20 ans en mission commandée sont venus nous jeter des cailloux, et c’est là qu’il y a eu bagarre », a affirmé Siaka Diakité, secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM).

« Il y a trois blessés graves à l’issue de ces incidents », a indiqué une source hospitalière. Une source sécuritaire a expliqué que les forces de l’ordre étaient intervenues pour mettre fin aux violences. De fait, les les corps habillés étaient déployées en nombre autour du bâtiment en début d’après-midi. « Les militaires sont venus pour rétablir l’ordre et ils sont repartis actuellement », a ajouté Siaka Diakité.

Coïncidence troublante : ces affrontements ont eu lieu au moment même où était attendue une délégation de chefs d’État de la Cedeao à Bamako pour trouver une issue à la crise malienne. Mais une manifestation de partisans de la junte sur le tarmac de l’aéroport, a empêché Alassane Ouattara, Boni Yayi, Blaise Compaoré, Ellen Johnson-Sirleaf et Mahamadou Issoufou d’atterrir au Mali. Ils se sont ensuite retrouver à Abidjan pour une réunion d’urgence.
(Avec AFP)

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte