Politique

Mali : Ansar Eddine reprend l’otage suisse à Aqmi et se dit prêt à la libérer

Enlevée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) le 15 avril à Tombouctou, dans le nord du Mali, l’otage suisse Béatrice Stockly a été reprise à ses ravisseurs par le groupe islamiste Ansar Eddine. Selon des sources sécuritaires et locales, les islamistes seraient prêt à la libérer.

Mis à jour le 23 avril 2012 à 18:15

Des soldats du groupe islamiste Ansar Eddine. © AFP

Béatrice Stockly, une Suissesse âgée de quarante ans, a été enlevée dans le nord du Mali le 15 avril. Vivant depuis de nombreuses années dans la région, cette chrétienne était impliquée dans les actions sociales et avait refusé de quitter Tombouctou après le 1er avril, date de la prise de la ville par les islamistes d’Ansar Eddine.

Selon un responsable de la sécurité sur place, la victime été kidnappée par « une milice privée qui avait l’intention de la revendre à Aqmi », Al-Qaïda au Maghreb islamique. Selon ce responsable, l’otage, qui vivait depuis longtemps dans la région, était « une commande » du groupe terroriste à des « sous-traitants ». « Dans un premier temps, les sous-traitants ont amené Béatrice à une dizaine de kilomètres de Tombouctou. Le lendemain, quand ils ont voulu l’amener plus loin, des éléments armés du groupe Ansar Eddine, maître de Tombouctou, les ont poursuivis. Il y a eu des coups de feu échangés et les sous-traitants ont été obligés d’abandonner l’otage », a raconté cette même source.

"Discuter directement avec la Suisse"

Selon une seconde source basée à Tombouctou, « l’otage suisse est entre les mains d’Ansar Eddine à Tombouctou. Ils disent qu’ils sont d’accord pour la libérer », précise-t-elle, avant d’ajouter qu’« Ansar Dine a rejeté une offre de médiation humanitaire, disant préférer discuter directement avec la Suisse ». Le porte-parole du ministère suisse des Affaires étrangères a pour sa part déclaré ne « pas avoir de nouvelle information sur ce cas ».

Le Sahel est devenu en quelques années le terrain de chasse des preneurs d’otages. Aujourd’hui vingt personnes, dont Béatrice Stockly, sont entre les mains d’Aqmi ou du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Treize d’entre eux sont des Européens enlevés dans des pays de la région, tandis que les sept autres sont des diplomates algériens kidnappés dans le nord du Mali.

Le 17 avril, une Italienne de 53 ans, enlevée par Aqmi le 2 février 2011, a été libérée et récupérée par l’armée burkinabè dans la région de Tessalit (Nord-Mali), contrôlée par Ansar Eddine.

(Avec AFP)