Politique

Mali : le Mujao prêt à relâcher les otages algériens

Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a annoncé lundi 23 avril que les sept otages algériens enlevés au début du mois à Gao, dans le nord du pays, pourraient être relâchés très prochainement. Selon plusieurs sources, ils sont en « bonne santé ».

Mis à jour le 24 avril 2012 à 10:55

Capture d’écran d’une vidéo montrant une rue de Gao, le 1er avril 2012. © AFP

Les Algériens enlevés au Mali pourraient être libérés très prochainement. C’est ce qu’a indiqué lundi 23 avril le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un groupe armé qui a revendiqué le rapt du consul d’Algérie à Gao (dans le nord du Mali) et de six de ses collaborateurs, le 5 avril.

« Nous avons donné notre accord pour la libération de sept personnes arrêtées sur le territoire algérien à Gao (dans le consulat d’Algérie, NDLR) », a déclaré un membre du Mujao, lors d’une conversation téléphonique.

« Nous avons donné l’accord à nos frères d’Ansar Eddine », le groupe islamiste dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly, a ajouté la même source. Aucune précision n’a été fournie quant à la date et au lieu de leur possible libération.

Une source sécuritaire malienne a confirmé cette information, ajoutant que les Algériens détenus sont tous vivants.

« Ansar Eddine a reçu des ravisseurs l’accord de principe de libération des otages, qui sont bien traites. Tous les sept sont en vie », a expliqué cette source sous couvert d’anonymat. « Ansar Eddine a joué de son influence dans la zone », a-t-elle précisé.

Rançon ?

Dès lundi après-midi, cette source avait indiqué que les islamistes d’Ansar Eddine avaient ouverts des négociations avec les membres du Mujao afin d’obtenir la libération des otages algériens.

Alors que le Nord du Mali venait de tomber aux mains de plusieurs groupes armés, dont le Mujao, Ansar Eddine, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touareg), les sept otages ont été cueillis à Gao avant d’être conduit vers une destination inconnue.

Quant à la question d’une éventuelle demande de rançon par le Mujao pour la libération des Algériens, la source sécuritaire malienne a préféré éluder, affirmant ne pas être « au courant » d’une telle requête.

Plus tôt lundi, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait pour sa part assuré lors d’une conférence de presse à Alger que ses compatriotes otages étaient « en bonne santé », et que « les perspectives » de leur libération étaient « réelles ».

« Nous avons bon espoir que les discussions qui se sont développées très rapidement après leur privation de liberté nous conduisent vers une fin heureuse », avait alors déclaré le chef de la diplomatie algérienne.

(Avec AFP)