Politique

Nord-Mali : un nouveau groupe armé contrôle partiellement la mythique Tombouctou

| Par
Vidéo d’une voiture transportant des habitants fuyant Tombouctou le 3 avril 2012.

Vidéo d'une voiture transportant des habitants fuyant Tombouctou le 3 avril 2012. © AFP

Selon plusieurs sources, le Front national de libération de l’Azawad (FNLA), un nouveau groupe armé qui se revendique laïc et non sécessionniste, a pris partiellement le contrôle de Tombouctou, dans le nord du Mali, jeudi 26 avril.

Mis à jour à 16h30.

La mythique Tombouctou est déchirée par les groupes armés. Alors que la cité du nord-malien est tombée aux mains de la rébellion touarègue et d’autres groupes islamistes, début avril, un nouveau mouvement armé, le Front national de libération de l’Azawad (FNLA), est entré au coeur de la ville vendredi 27 avril, selon des témoins.

« Environ cent véhicules chargés de combattants armés du FNLA ont venus aujourd’hui au quartier Sans Fil de Tombouctou (centre). Ils sont armés jusqu’aux dents », a déclaré une source sécuritaire malienne dans la ville, information confirmée par des témoins et un membre du FNLA, Ahmed Ould Mamoud.

Créé courant avril, le groupe ne se revendique ni sécessionniste, ni islamiste.  « Les Arabes ont décidé de défendre leur région », a expliqué Mohamed Ould Fany, un des responsables de ce nouveau groupe, pour justifier leur intervention.

« Nous sommes venus défendre et protéger notre région, de Tombouctou à Taoudenit (au nord de Tombouctou Ndlr) » a pour sa part déclaré Ahmed Ould Mamoudau.

Deux autres témoins ont confirmé l’entrée du FNLA dans la ville. « Il sont en train de prendre le contrôle du bâtiment de la protection civile » a affirmé l’un d’eux.

Jeudi, une « centaine d’hommes », avaient déjà pris le contrôle des entrées est et sud de Tombouctou, selon une source sécuritaire sous réserve d’anonymat. « Les gens du FNLA sont venus prendre jeudi le contrôle de l’entrée est et sud de la ville de Tombouctou avec de très nombreux combattants armés arrivés à bord de véhicules », avait elle expliqué.

« Nous sommes pour la paix »

« Ce sont des Arabes qui ont pris le contrôle de deux endroits aux entrées sud et est de Tombouctou », avait également témoigné un responsable de la police, qui a cessé de travailler depuis la chute de la cité, prise début avril par les islamistes d’Ansar Eddine, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et divers groupes criminels.

Dès le 9 avril, le FNLA avait annoncé la création de ce groupe laïc uniquement composé d’arabes, qui disposerait selon leurs dires, de 500 hommes armés et du matériel militaire nécessaire. Il a pour secrétaire général Mohamed Lamine Ould Sidatt, un élu de la région de Tombouctou, et son « état-major militaire » est commandé par un lieutenant-colonel de l’armée malienne ayant fait défection, Housseine Khoulam.

« Nous avons demandé à ceux qui réclament l’indépendance (du nord du Mali) de quitter notre région. Nous, nous sommes pour la paix, et nous sommes dans le Mali, pas pour créer une République à part », a expliqué Mohamed Ould Fany.

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte