Politique

Nord-Mali – Aqmi : Abdelmalek Droukdel appelle à imposer « graduellement » la charia

| Par
Abdelmalek Droukdel a été condamné à mort par contumace en mars.

Abdelmalek Droukdel a été condamné à mort par contumace en mars. © AFP

L’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel, a appelé mercredi 23 mai les membres de son organisation à imposer « graduellement » la Charia au Nord-Mali. Avec pour but avoué : y créer un État islamique. 

Dans un enregistrement sonore de 12 minutes posté mercredi 23 mai sur le site Sahara Media basé en Mauritanie, Abdelmalek Droukdel, l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a appelé les membres de son organisation à imposer « graduellement » la Charia au Nord-Mali.

Dans ce message, le chef d’Aqmi distille une série de conseils pratiques en vue de la création d’un État islamique dans cette région. Parmi ceux-ci, ne pas faire preuve de « vanité » et appliquer la charia (loi islamique) « graduellement ». « L’imposition de la charia ne doit pas seulement être limitée à la juste punition des gens, c’est beaucoup plus large que cela », dit-il, ajoutant : « Sachez que c’est une erreur d’imposer toutes les règles de l’islam d’un seul coup ».

Abdelmalek Droukdel conseille également à ses « frères » de fermer « les lieux de drogues, d’alcool et d’immoralité (…) sans délai », d’apporter « la sécurité » aux populations des villes contrôlées (Tombouctou, Gao et Kidal) et de leur fournir les « services essentiels que sont la santé, la nourriture, l’eau, l’électricité, le gaz et le carburant ».

"Éviter les provocations" avec le MNLA

L’émir d’Aqmi y définit même la ligne de conduite à adopter par Aqmi à l’encontre des autres groupes présents dans le nord du Mali, les islamistes d’Ansar Eddine et la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). À l’égard du MNLA, il préconise « d’éviter les provocations », et invite Aqmi « à coopérer pour établir des règles communes, rejeter les conflits qui ne sont dans l’intérêt » de personne.

En ce qui concerne Ansar Eddine, il conseille à ses militants de le laisser appliquer le « projet d’imposition de la charia » dans la « région de l’Azawad, et de s’occuper de leurs propres « activités de jihad global » sur la « terre du Maghreb islamique ».

Accusé d’avoir participé à l’élaboration des attentats qui avaient touché le Palais du gouvernement Algérie le 11 avril 2007, Abdelmalek Droukdel a été condamné à mort par contumace en mars.

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte