Politique

Mali : la junte censure Africable

Les armes à la main, les militaires maliens ont empêché la diffusion de l’interview d’un leader rebelle touareg sur la chaîne de télévision privée Africable. La junte a visiblement du mal à s’accomoder de la liberté d’expression inhérente à la démocratie.

Par
Mis à jour le 13 juin 2012 à 10:20

Des rebelles du MNLA dans le Nord-Mali, début avril 2012. © AFP

Des militaires maliens ont effectué, mardi 12 juin, une descente au siège de la télévision malienne privée Africable à Bamako. Objectif de la manoeuvre d’intimidation : interdire la diffusion de l’interview d’un leader rebelle touareg, programmée pour mardi dans la soirée.

« Plus de dix militaires maliens armés sont arrivés ce mardi pour encercler le siège de notre télévision et (…) ils ont interdit la diffusion prévue pour mardi soir d’une interview d’un rebelle touareg », a détaillé Abdoulaye Barry, journaliste à Africable.

Barry est l’auteur de cette interview de Mohamed Lemine Ould Ahmed, secrétaire général adjoint du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). « Je suis désormais dans la clandestinité, surtout que les militaires ont dit qu’ils reviendraient si l’interview était diffusée », a-t-il affirmé.

Une chaîne très regardée sur le continent

Un responsable de la rédaction a de son côté expliqué que l’entretien avec le dirigeant du MNLA ne serait pas diffusée « pour des raisons de sécurité ». « Il faut qu’on laisse les journalistes faire leur travail. (…) La liberté d’expression doit être respectée », a-t-il néanmoins ajouté.

Depuis plusieurs jours, un spot tournait en boucle sur la chaîne pour annoncer la diffusion de l’entretien. Africable, qui se présente comme une chaîne « panafricaine », est très regardée sur le continent et par la diaspora en Europe.

(Avec AFP)