Politique

Sénégal : Macky Sall « tend la main » aux rebelles de Casamance

Macky Sall, président du Sénégal, le 11 mai 2012 à Dakar. © AFP

Le président Macky Sall s'est dit prêt à "ouvrir des discussions" avec les rebelles de Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rebellion indépendantiste.

Le président sénégalais Macky Sall était mercredi 27 juin en déplacement à Ziguinchor, principale ville de Casamance. Il s’y est déclaré favorable à l’ouverture de négociations avec les rebelles indépendantistes.

« Nous sommes prêts à ouvrir des discussions avec les combattants et les acteurs qui interviennent dans le processus de paix, les chefs religieux, les hommes et femmes de bonne volonté », a déclaré à la presse Macky Sall.

« Nous voulons la paix mais il y a des procédures pour créer des opportunités de rencontre. Je tends la main à Salif Sadio, à César Atoute Badiatte et aux hommes de Ousmane Niantang Diatta », des chefs militaires rebelles, a-t-il dit.

Le chef de l’État sénégalais avait auparavant rendu visite à des militaires à Mpack, à la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Le Premier ministre sénégalais, Abdoul Mbaye, avait promis mardi soir « une digne réinsertion » aux rebelles qui accepteront de déposer les armes en Casamance, région touchée depuis 1982 par une rébellion indépendantiste déclenchée par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Des milliers de victimes

En trente ans, le conflit, qui perdure en dépit de plusieurs accords de paix jamais respectés, a fait des milliers de victimes civiles et militaires et des dizaines de milliers de déplacés et réfugiés.

« Je veux que l’on tienne compte des spécificités de chaque région ainsi que de ses priorités et potentialités afin de mieux les exploiter. Différents projets ont été passés en revue pour assurer le désenclavement de la Casamance », a indiqué Macky Sall, après avoir présidé un conseil des ministres décentralisé à Ziguinchor, en Casamance.

Ce conseil des ministres décentralisé est le troisième tenu en province, après ceux de Saint-Louis (nord) et de Kaolack, depuis l’entrée en fonction en avril du nouveau gouvernement.

D’après le gouvernement, ces réunions décentralisées initiées par Macky Sall, qui a battu le 25 mars Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle, sont destinées à mieux s’imprégner des réalités en province et à rapprocher le gouvernement des populations.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte