Politique

Cameroun : le procureur requiert la culpabilité de Marafa et Fotso dans l’affaire de l’avion présidentiel

Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre de l'Administration territoriale. © DR

Lors d’une audience du tribunal de grande instance de Yaoundé tenue le 27 août, le procureur de la République a requis la culpabilité de Marafa Hamidou Yaya, ancien ministre de l’Administration territoriale, et de l’ancien directeur général de la Cameroon airlines (Camair), Yves Michel Fotso, dans le détournement en coaction de 31 millions de dollars d’argent public destiné à l’achat en 2001 d’un avion présidentiel. 

Pour étayer ses réquisitions, le magistrat soutient que la somme de 2,12 millions de dollars (1,15 milliard de Francs CFA) a été virée sur le compte personnel de Marafa, alors secrétaire général de la présidence de la République du Cameroun. Selon le parquetier, le virement avait été effectué par la société Avipro finance SA, dont Yves-Michel Fotso était l’un des actionnaires. Pour enfoncer le clou, le magistrat soutient que l’argent a été ensuite viré sur un compte de la Commercial Bank of Cameroun (CBC), appartenant au groupe Fotso.

Absents

Plaidant à la suite du ministère public, les avocats de l’État ont adopté le même angle d’attaque que le procureur, demandant la culpabilité des accusés en dépit de l’absence au procès de Jean-Louis Chapuis, ancien directeur général de la CBC, Géneviève Sandjoun, ancienne cadre à CBC et Jean Marie Assene Nkou, patron d’une compagnie aérienne privée, tous jugés par contumace. 

Les plaidoiries des avocats de Marafa et ses coaccusés sont prévues les 6 et 7 septembre. Quant à la décision du tribunal, elle interviendra probablement courant octobre.

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte