Politique

L’émir du Qatar se rend pour la première fois à Gaza

L'émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani, est attendu à Gaza le 22 octobre 2012.

L'émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani, est attendu à Gaza le 22 octobre 2012. © AFP

L’émir du Qatar est attendu, mardi 22 octobre, dans la bande de Gaza. Il s’agit de la première visite d’un chef d’État étranger depuis que le Hamas a pris le contrôle du territoire palestinien en 2007.

C’est une visite historique, la première d’un chef d’État arabe dans la bande de Gaza depuis son occupation par Israël en 1967. Mardi, Hamad ben Khalifa al-Thani, l’émir du Qatar, se rendra à Gaza pour inaugurer plusieurs projets de développement dans l’enclave palestinienne, a-t-on appris d’une source proche du gouvernement du Hamas sous le couvert de l’anonymat.

« Demain (lundi), une délégation qatarie viendra à Gaza pour préparer le programme et discuter des détails de la visite de cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani », a-t-on ajouté.

L’émir est également un des plus importants dirigeants internationaux à se rendre à Gaza depuis que le Hamas est devenu maître du territoire en juin 2007, au détriment du mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas, chef de l’Autorité palestinienne.

Selon l’agence de presse officielle qatarie QNA, l’émir a appelé dimanche le président Abbas pour évoquer avec lui les relations bilatérales. Plus tôt dans la journée, il avait reçu un appel du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, pour un entretien au sujet de la situation sur la scène politique palestinienne.

254 millions de dollars d’investissement

Mahmoud Abbas a confirmé dans un communiqué avoir reçu un appel de l’émir du Qatar l’informant de son intention de visiter la bande de Gaza et des projets de développement qataris dans l’enclave palestinienne. Le président Abbas a salué les efforts de l’État du Qatar en faveur de la bande de Gaza, selon le communiqué publié par l’agence officielle WAFA, tout en soulignant la nécessité de préserver l’unité du territoire palestinien et de mettre fin à la division.

Le Qatar a oeuvré en faveur de la réconciliation nationale palestinienne en parrainant, en février, une rencontre à Doha entre Mahmoud Abbas et le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, qui a quitté Damas pour s’installer dans la capitale de l’émirat. La réconciliation est toutefois restée lettre morte jusqu’à présent.

L’émirat a également renforcé sa présence dans la bande de Gaza depuis près d’un an. Il a annoncé le 25 septembre le lancement prochain d’un investissement de 254 millions de dollars (195 millions d’euros) dans le territoire, notamment dans des projets routiers et de développement agricole. Sur ces 254 millions, 140 millions de dollars (107 millions d’euros) seront consacrés aux infrastructures routières et 62 millions de dollars (47 millions d’euros) à la construction de logements dans le nord de la bande de Gaza.

"Merci au Qatar"

Les matériaux destinés à ces projets entreront bientôt par le terminal de Rafah, à la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza, a indiqué samedi à l’AFP l’ambassadeur du Qatar à Gaza, Mohammad al-Emadi.

Par ailleurs, l’émirat a fait don de 30 millions de litres de carburant, pour alimenter l’unique centrale électrique de la bande de Gaza, qui ont commencé à être livrés via l’Égypte depuis juin.

En reconnaissance de cette aide au territoire palestinien sous blocus israélien, les drapeaux du Qatar ont récemment fleuri dans la bande de Gaza, ainsi que des panneaux libellés « Merci au Qatar qui tient ses promesses ».

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte