Politique

Maroc : Mohammed VI reçoit Christopher Ross et réaffirme sa proposition d’autonomie pour le Sahara

| Par
Le roi du Maroc Mohammed VI (g), le 18 octobre 2012 à Amman en Jordanie.

Le roi du Maroc Mohammed VI (g), le 18 octobre 2012 à Amman en Jordanie. © AFP

Après avoir été désavoué en mai par Rabat, Christopher Ross est finalement revenu en mission au Maroc. L’envoyé spécial de Ban Ki-moon pour le Sahara occidental a été reçu, lundi 29 octobre, par le roi Mohammed VI. Il doit désormais poursuivre sa tournée au Maghreb et remettre un rapport au Conseil de sécurité de l’ONU, le 15 novembre.

Arrivé samedi 26 octobre au Maroc après avoir été désavoué par Rabat en mai, l’envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a été reçu lundi par Mohammed VI. À l’issue de son entretien avec le roi, celui-ci a expliqué dans une déclaration que sa présence avait pour objectif « de faire le point sur les cinq dernières années de négociations directes et de recueillir des idées sur les meilleures façons de réaliser un progrès réel dans le processus de négociation ».

Il a par ailleurs réaffirmé la volonté de l’ONU d’aider à parvenir « à une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable ». Selon selon l’agence officielle MAP, Mohammed VI a souligné pendant la rencontre que le royaume demeurait « engagé dans la recherche d’une issue à ce conflit artificiel (…) dans le cadre de la proposition marocaine de large autonomie, saluée par la communauté internationale comme sérieuse et crédible ».

Abdelhak Lamrini nommé porte-parole du Palais royal

Cela faisait plusieurs années que la fonction était vacante. Occupé par Hassan Aourid au début du règne de Mohammed VI, le poste de porte-parole du Palais royal a trouvé un nouveau titulaire, en la personne de Abdelhak Lamrini, qui avait déjà été nommé par Mohammed VI historiographe du royaume, en décembre 2010.

Le souverain « a loué les qualités » de Lamrini, « son dévouement et son abnégation dans l’accomplissement des différentes missions qui lui ont été confiées », précise le texte de la nomination, cité par l’agence officielle MAP. L’intéressé avait notamment publié en début d’année « Étapes dans l’histoire du Maroc contemporain », un ouvrage qui retrace les grands événements du royaume, en particulier ceux de la première moitié du XXe siècle.

Le souverain a une nouvelle fois exprimé « l’attachement constant » de Rabat « à l’instauration de relations fraternelles et exemplaires avec l’Algérie », « préalable à l’édification d’un Maghreb uni », alors que la « menace sécuritaire » est grandissante au Sahel. D’après l’agence, Christopher Ross a également exprimé sa volonté de favoriser la construction du Grand Maghreb, « une solution qui renforce la sécurité et la stabilité de l’Afrique du nord et dans la région du Sahel ».

Désavoué

Christopher Ross doit poursuivre sa mission en Afrique du nord et en Europe jusqu’au 15 novembre, mais son programme précis n’a pas été rendu public. Il doit remettre un rapport au Conseil de sécurité « vers la fin de novembre ». Ross avait été désavoué par le Maroc en mai après une résolution du Conseil qui critiquait le comportement de Rabat envers les Casques bleus dans la région et lui demandait « d’améliorer la situation des droits de l’Homme » au Sahara occidental.

Mais Ban Ki-moon avait maintenu sa confiance à son émissaire. Les indépendantistes du Polisario, soutenus par l’Algérie, rejettent ce plan et militent pour « le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination » via un référendum.

(Avec AFP)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte